Environnement

Les fortes pluies rappellent l’importance d’un plan d’éradication des radiers

Un grand chantier nécessaire pour la sécurité des Réunionnais

Manuel Marchal / 30 août 2021

Les fortes pluies qui ont frappé Saint-Joseph et Saint-Philippe ont malheureusement fait une victime et rappelé le danger mortel constitué par la montée des eaux et la submersion des radiers.

JPEG - 62.5 ko
Radier submergé à Saint-Joseph. (photo Mairie de Saint-Joseph)

Les fortes pluies ayant frappé ce week-end Saint-Joseph et Saint-Philippe ont été un phénomène qui a pris au dépourvu en raison de leur soudaineté et de leur ampleur.
Elles rappellent que notre île est soumise au climat tropical, capable de générer de ce type de phénomène qui continuera à ce répéter. Une victime est à déplorer. Il s’agit d’une personne privée de logement qui avait trouvé refuge sur les berges d’un cours d’eau. Des témoins affirment qu’elle a été emportée par la crue. Les secours sont également intervenus à plusieurs reprises pour venir en aide à des personnes mises en danger par la submersion d’un radier.

Un grand chantier

Ceci rappelle que lors de cyclones et de tempêtes, le danger principal est l’eau de ruissellement. Elle a raviné les chemins d’exploitation. Des planteurs n’ont plus accès à leurs champs de cannes, en pleine campagne sucrière.
Le réseau routier reste parsemé de centaines de radiers qui sont la seule possibilité de franchir un cours d’eau. En 2007, suite à l’effondrement du pont de la rivière Saint-Etienne à la suite du cyclone Gamède, Paul Vergès avait rappelé que l’éradication des radiers est une nécessité et également un grand chantier pourvoyeur d’emplois. Le président de Région de l’époque avait plaidé pour la création d’un syndicat mixte impliquant collectivités, Etat et Europe afin de régler un problème relevant essentiellement de la compétence des communes et du Département.

Des « ponts Bailey » pour régler l’urgence

Dans l’urgence, il est possible de construire des ponts provisoires en attendant la réalisation d’ouvrages définitifs. Ce sont les « ponts Bailey ». Conçu pour un usage militaire, ils peuvent être rapidement déployés. C’est un pont de ce type qui a d’ailleurs supporté pendant plusieurs années le franchissement de la ravine Patate à Durand par le trafic du Boulevard Sud à Saint-Denis.
Ceci offrira à la population plus de sécurité pour ses déplacements durant les périodes de fortes pluies.

M.M.