Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Environnement

Maurice Gironcel : « impulser l’évolution vers un nouveau modèle économique et social plus responsable »

Le président de la CINOR intervient aux Assises européennes de la Transition écologique

vendredi 3 juin 2022, par Maurice Gironcel


Maurice Gironcel, président de la CINOR, est intervenu hier par visioconférence aux Assises européennes de la transition écologique qui se tiennent à Genève en Suisse. Il a présenté plusieurs réalisations concrètes mises en œuvre à La Réunion par la CINOR et le SIDELEC pour favoriser le développement des énergies renouvelables et de modes de transport « zéro émission de gaz à effet de serre ». Voici le contenu de son intervention.


« C’est un véritable honneur de m’exprimer aujourd’hui devant vous et de porter la voix de mon île, La Réunion, un territoire de 2500km2, un département français d’Outre-mer, une Région Ultrapériphérique ou plutôt l’île d’Europe de l’Océan Indien.
Même si je ne suis malheureusement pas présent physiquement vous avez dans l’assemblée la présidente de la commission environnement Madame Ramata Touré et Madame la Directrice Générale des Services de la CINOR.
La question de la transition écologique se pose dans nos territoires insulaires avec une intensité redoutable parce que nous sommes en 1ère ligne des effets du réchauffement climatique.
Les îles sont de véritables sentinelles de l’avenir climatique planétaire.
Face à cela, notre responsabilité d’élus nous incombe l’impérieuse nécessité d’impulser l’évolution vers un nouveau modèle économique et social plus responsable qui renouvelle nos façons de consommer, de produire, de travailler, de se déplacer, de vivre ensemble.
La collectivité que je préside est une agglomération de près de 210 000 habitants répartis entre 3 communes, Saint-Denis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne qui forment le territoire Nord de La Réunion. »

Téléphérique : plus de 300000 voyageurs en deux mois

« Notre équipe a, dès 2020, fondé son projet politique autour d’une ambition forte et déterminée en matière de développement durable et solidaire.
1er exemple : En matière de déplacement l’action la plus emblématique est sans conteste le lancement en début de cette année 2022 du 1er téléphérique urbain de France à Saint Denis de La Réunion, dans le quartier populaire du Chaudron.
Notre téléphérique PAPANG qui a tout de suite trouvé son public avec plus de 300 000 voyageurs en 2 mois.
Nos innovations doivent servir les objectifs de développement solidaire dans un contexte social très fragile où près de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.
La question du pouvoir d’achat s’y pose aussi avec une ampleur particulière. »

Sainte-Suzanne 1ere ville à énergie positive de La Réunion

« 2e exemple : le Grand Prado est la station d’épuration développée pour l’assainissement et le traitement des eaux usées selon un process écologique qui permet également de valoriser une partie des éléments collectés pour produire du biogaz et de l’engrais distribué aux agriculteurs.
3e exemple : celui de la commune dont je suis Maire, Sainte-Suzanne, qui s’illustre par son engagement fort en matière de production d’énergie renouvelable.
En effet Sainte-Suzanne est la 1ere ville à énergie positive de La Réunion puisque que la production sur le territoire est aujourd’hui équivalente à une population de 45 000 habitants alors que nous sommes environ 24 000 habitants.
4e exemple : le centre de valorisation multi-filière des déchets
Cet équipement nous permettra de passer de 100 % de déchets enfouis à 28 % en valorisant les déchets en CSR et en compost. Cependant, les efforts restent encore importants à fournir pour véritablement atteindre la gestion vertueuse de nos déchets. »

Village solaire de Mafate

« S’agissant de nos déplacements, nous expérimentons également la production d’hydrogène verte avec le SIDELEC, le syndicat de l’électricité que je préside dans l’île.
Une première à La Réunion où 2 véhicules hydrogènes nous serons mis à disposition prochainement afin de répondre à nos exigences en matière de transition énergétique.
Dernier exemple singulier que je voulais vous exposer : celui de l’expérimentation que le SIDELEC mène avec l’ensemble de ses partenaires pour faire de Mafate, site isolé de La Réunion au cœur du Parc national reconnu au patrimoine de l’Humanité, un village solaire 100 % autonome couvrant les besoins en électricité de plus de 300 familles et où un micro-réseau à hydrogène a déjà fait ses preuves. »

« Si nou occup pa du climat, le climat va occup de nou »

« Une fois de plus, nous sommes fiers d’avoir le label « Territoire engagé », je remercie l’ADEME et les partenaires et nous mesurons notre responsabilité individuelle et collective.
Je voudrais conclure en reprenant les mots de Paul Vergès (ancien Président de la Région Réunion et, au niveau national, Président de l’ONERC – Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique), ce grand visionnaire qui nous a tant alerté sur les effets du changement climatique, déclarait ceci :
« J’appelle à l’émergence d’une nouvelle civilisation plus sobre en ressources épuisables et développant l’usage des ressources renouvelables. Les problèmes posés par le changement climatique ne feront qu’amplifier les conséquences des pratiques humaines non durables : nous avons donc plusieurs cartes en main. »
En effet notre action est aujourd’hui un impératif de survie pour faire face à cette force déjà agissante du changement climatique et comme j’ai souvent tendance à dire en créole (mais vous allez me comprendre), « Si nou occup pa du climat, le climat va occup de nou ».
Je vous remercie de votre attention. »


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Messages

  • Nous n’aurions pas besoin de nous occuper de notre climat si nous ne l’avions pas déréglé. Maintenant que c’est fait, nous devons bien entendu tout faire pour ralentir le réchauffement climatique et l’arrêter , mais je crains que le phénomène soit irréversible si nous continuons à vivre comme nous vivons actuellement , c’est à dire à poursuivre à tout prix notre croissance économique et à continuer de nous multiplier pratiquement de façon exponentielle .

    Notre climat fonctionne comme une machine, et devant l’accélération de la fonte de la banquise polaire et des des grands glaciers mais aussi devant le dégel continu chaque été du permafrost et devant l’extension irréversible des déserts et de la pollution des terres et des océans il semble bien que la machine est actuellement en train de s’emballer et d’accélérer sans que nous puissions la maitriser .

    Au début du 19ème siècle la population humaine de notre planète était d’environ 900 millions d’individus mais aujourd’hui elle atteint déjà 8 milliards , et si nous continuons sur notre lancée , malgré nos efforts pour limiter notre croissance démographique , dans 100 ans nous serons probablement 16 milliards.

    Ce qui a déréglé le climat de notre planète c’est bien entendu l’augmentation des gaz à effet de serre , mais la cause principale de l’augmentation des gaz à effet de serre c’est l’augmentation de la population humaine et la course insatiable à la croissance économique dans pratiquement tous les pays sans se soucier de ses conséquences sur notre environnement et sur le climat .

    Pour arrêter le réchauffement climatique il nous faut donc inventer une autre façon de vivre et changer complètement notre civilisation qui est basée essentiellement sur la course au profit et à l’enrichissement individuel que ce soit à l’échelle des personnes ou des communautés .

    La course au profit permet à certains de s’enrichir de plus en plus vite, mais elle a aussi pour conséquence d’augmenter la pauvreté des plus pauvres .Si bien que le nombre de pauvres ne cesse d’augmenter chaque année .

    Comme la croissance de la population est causée essentiellement par les pays les plus pauvres . On pourrait conclure que ce sont les pauvres qui sont responsables du réchauffement climatique . Par conséquent pour sauver notre planète , il nous faudrait éradiquer la pauvreté, mais pour cela il nous faudrait changer de civilisation et accepter de partager entre tous les humains de manière équitable les richesses que nous produisons .

    La devise de l’humanité devrait être la liberté l’égalité et la fraternité solidaire , ce qui peut aussi se traduire par "chacun pout tous et tous pour un ". Mais dans la réalité , notre liberté est un leurre , car nous dépendons toujours des plus puissants , notre égalité est toujours tributaire de notre condition sociale , si bien que seuls les plus pauvres sont égaux entre eux par ce qu’ils n’ont rien et ne possèdent rien , et notre fraternité n’est qu’une illusion puisque nous sommes encore capables de déclencher des guerre à nos voisins et soit disant frères pour aller prendre de force ce qu’ils ont .

    Dans ces conditions la planète continuera de se réchauffer et nous serons de plus en plus incapables d’arrêter le réchauffement climatique, car pour que la lutte contre le réchauffement climatique soit efficace ,il faut qu’elle soit appliquée par tous les hommes .

    La victoire contre le réchauffement climatique passe donc obligatoirement par la continuations des actions déjà entreprises par ceux qui ont les moyens de lutter , mais aussi par un changement de civilisation et l’abandon de la course au profit individuel que ce ce soit à l’échelle des personnes ou des nations .

    Dans un avenir proche , Il ne doit plus y avoir qu’une seule nation sur notre planète , celle des terriens , réellement libres égaux et fraternels sous le regard de leur créateur qui les a créé ainsi pour régner paisiblement sur la terre et non pour la détruire à petit feu si ce n’est à grand feu nucléaire dont la menace se fait de plus en plus précise .

    Notre responsabilité c’est de sauver notre planète à tout prix , mais il nous faut pour cela prendre les bonnes décisions et à mon avis les décisions les plus urgentes sont celles qui nous permettraient de supprimer la pauvreté en partageant équitablement entre tous les humains les richesses qui nous sont offertes par notre planète et produites par l’intelligence et le travail des hommes .
    Nous ne sommes pas tous des mousquetaires au service du roi et de la reine , cette époque est révolue ,mais je pense que nous devons essayer d’appliquer leur devise à l’échelle de l’humanité "Un pour tous et Tous pour un " pour la gestion de notre planète . Il n’est peut être pas trop tard , mais c’est urgent .

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus