Environnement

Maurice Gironcel : « L’existence de SYDNE prend racine dans la solidarité et le respect de la CIREST et de la CINOR »

Pour une remise à plat de la gouvernance du syndicat de traitement des déchets

Témoignages.re / 25 août 2020

Alors que se tient ce jour le Conseil Syndical du Syndicat des déchets du Nord-Est de la Réunion, Maurice Gironcel, Président de la Cinor appele « à une remise à plat de sa gouvernance, en accord avec l’ensemble des Maires de la CINOR et de la CIREST dans le respect de chaque intercommunalité afin de réussir l’objectif de faire du Nord-Est de La Réunion un territoire innovant dans la gestion et le traitement des déchets ». Pour ce dernier, la situation actuelle va à l’encontre des intérêts des populations des deux bassins de vie.

JPEG - 84.7 ko

« En 2015, la CINOR et la CIREST ont convenu de mutualiser leurs efforts et missions fonctionnelles, d’agir sur un territoire allant du Nord à l’Est, pour mettre en place des équipements structurants et pertinents en matière de traitement des déchets ménagers et assimilés. C’est ce qui a conduit à la création du Syndicat des déchets du Nord-Est de La Réunion, le SYDNE.

De part cette volonté commune, la CINOR et la CIREST ont su se rassembler pour apporter une réponse concrète à la gestion et au traitement des 210 000 tonnes de déchets du bassin Nord-Est.
C’est à cette mission que nous nous sommes attelés sans délai, toutes forces confondues, cinq années durant au sein du SYDNE.

Une organisation nouvelle permettant, par la mutualisation, la réalisation d’économies d’échelle marquantes. En effet, il est plus aisé de négocier à deux avec l’exploitant pour le traitement de 210 000 tonnes de déchets au lieu de le faire chacun de son côté (130 000 tonnes pour le Nord et 80 000 tonnes pour l’Est).

Cette démarche volontaire et solidaire s’est traduite par des faits.
Sur la mandature écoulée, grâce notamment à la solidarité et la contribution des administrés de la CINOR, les administrés de la CIREST ont pu bénéficier d’un tarif réduit pour le paiement et la gestion de leurs déchets, enfouis actuellement à Sainte-Suzanne. Pour les villes de la CIREST, le bénéfice cumulé sur 5 ans, toutes charges comprises, atteint un peu plus de 4 millions d’euros.

C’est donc dans une démarche nouvelle et innovante, reposant sur une gouvernance partagée, que la CIREST et la CINOR ont pu trouver leur place, sur des valeurs de solidarité et de responsabilité, en échappant dès sa création et jusqu’à aujourd’hui aux intérêts personnels ou aux querelles internes.

Pendant plus de 5 ans, porté par nos valeurs communes, toutes les décisions du SYDNE ont été prises dans un commun accord et jamais la Gouvernance ne s’est faite au détriment d’une des deux intercommunalités.

C’est parce qu’il nous importait de travailler dans l’intérêt de nos populations, sur la base des valeurs maintenues de solidarité et de responsabilité, en sachant qu’ensemble on est toujours plus fort, que nous avions prévu de reconduire cette démarche pour cette nouvelle mandature.

La méthode et la manière de faire qui ont animé le dernier conseil du SYDNE ne reflètent pas l’esprit et la volonté commune ayant conduit à la création du SYDNE.
Nous déplorons cette situation qui va à l’encontre des intérêts de nos populations.
Attaché à des valeurs, nous avons, dès le 13 août 2020, demandé une rencontre au Président de la CIREST afin d’échanger sur nos orientations communes pour le bassin Nord-Est.

Nous croyons fermement, qu’ensemble, nous ne pouvons qu’être plus forts pour mobiliser nos énergies afin de développer la stratégie de gestion des déchets de nos territoires, dans une démarche responsable, solidaire et de développement durable.

L’avenir du SYDNE ne peut se faire que par une remise à plat de sa gouvernance, en accord avec l’ensemble des Maires de la CINOR et de la CIREST dans le respect de chaque intercommunalité afin de faire du Nord-Est de La Réunion un territoire innovant dans la gestion et le traitement des déchets ».

Maurice Gironcel
Président de la CINOR