Environnement

Perte de biodiversité : fondements de la sécurité alimentaire menacés

Rapport de l’IPBES

Témoignages.re / 7 mai 2019

Le président de l’IPBES souligne que « nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier »

JPEG - 122.9 ko

« Les preuves accablantes contenues dans l’évaluation globale publiée par l’IPBES et obtenues à partir d’un large éventail de domaines de connaissance, présentent un panorama inquiétant », a déclaré le président de l’IPBES, Sir Robert Watson. « La santé des écosystèmes dont nous dépendons, ainsi que toutes les autres espèces, se dégrade plus vite que jamais. Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier ».

« Le rapport nous dit aussi qu’il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial », a-t-il ajouté « Grâce au « changement transformateur », la nature peut encore être conservée, restaurée et utilisée de manière durable - ce qui est également essentiel pour répondre à la plupart des autres objectifs mondiaux. Par « changement transformateur », on entend un changement fondamental à l’échelle d’un système, qui prend en considération les facteurs technologiques, économiques et sociaux, y compris en termes de paradigmes, objectifs et valeurs.

(Source IPBES)



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La menace sur la biodiversité et d’une manière générale sur la vie constituée par le réchauffement climatique est une menace très grave qui concerne toute la planète et nécessite la mobilisation de toute l’humanité que ce soit au plan local ou au plan international . Il est peut être déjà trop tard si l’on considère que la disparition progressive de la banquise polaire et des grands glaciers ainsi que le dégel des millions de Km2 de terre situés au delà du cercle polaire de l’hémisphère Nord auto alimente le réchauffement climatique un peu plus chaque année . Et il est plus qu’urgent d’agir .

    Le monde a déjà pris conscience de l’urgence de l’action et beaucoup de pays ont pris des dispositions pour lutter contre le réchauffement climatique sur leur territoire . On peut citer l’exemple de la chine qui est en train de planter une bande forestière de plus 4500Km de long pour arrêter la progression de ses zones désertiques .

    Mais tout le monde n’a pas les moyens d’un pays comme la chine,.et il est temps que cette lutte contre le réchauffement climatique soit organisée au plan mondial ; c’est dire que des programme d’action soient mis en place rapidement que des priorités soient définies et arrêtées et que des moyens internationaux soient déployés partout sur la planète avec l’aides des pouvoirs publics de chaque pays .

    Là où la pauvreté empêche de mettre en oeuvre des moyens de lutter efficacement contre le réchauffement climatique i faut que la communauté internationale prenne le relai et donne les moyens d’intervention mais également puisse contrôler la bonne utilisation de ces moyens et éventuellement puisse sanctionner les comportements qui entrainerait une aggravation de la situation actuelle .

    Mais sommes nous vraiment prêts aller dans ce sens ?. L’attitude de certains chef d’Etat devant les propositions faites l’occasion de grands congrès internationaux sur le climat permet d’en douter .

    Article
    Un message, un commentaire ?