Environnement

Projet de loi pour le climat : ce que veulent les Français

Un attachement à la Convention citoyenne

Témoignages.re / 12 février 2021

À l’occasion de la présentation en Conseil des ministres du projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat (mercredi 10 février), l’Ifop a réalisé pour Dépanneo.com une enquête auprès d’un échantillon national représentatif qui montre un soutien assez net de l’opinion aux principales mesures du projet.

Cette étude Ifop pour Depanneo.com a été réalisée en ligne du 7 au 8 janvier 2021 auprès d’un échantillon de 1 028 Français âgés de 18 ans et plus. Elle a mit en évidence trois mesures phares que les Français souhaiteraient voir aboutir :

  • la mise en place “d’écolabels” permettant d’informer les consommateurs sur la consommation énergétique des produits (88%, dont 91% d’écologistes)
  • la création d’aides à la rénovation, avec des prêts et des subventions pour les plus démunis (86% dont 91% d’écologistes)
  • l’interdiction de la publicité pour les produits et les services ayant un important impact carbone (75% dont 86% d’écologistes).

Ce projet est loin d’être méconnu. En effet, 56% des Français ont entendu parler du projet de loi d’application des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, sachant que cette proportion est particulièrement forte dans les rangs des personnes se sentant très écologistes (70%).

Le niveau d’adhésion aux diverses mesures pour lutter contre le dérèglement climatique

Les Français adhèrent aux mesures de la Convention citoyenne même s’ils se montrent quelque peu réticents à voir la fiscalité et les impôts augmenter en ce sens.

Parmi les autres propositions de la Convention citoyenne, les mesures les plus incitatives recueillent le soutien d’une large majorité de Français, que ce soit la création d’un « écolabel  » informatif (88%), la création d’aides à la rénovation en direction des plus démunis (86%) ou encore l’obligation de remplacer les chaudières à fioul et à charbon d’ici à 2030 dans les bâtiments neufs et rénovés (73%).

Toutefois, lorsqu’il s’agit d’impacter directement le porte-monnaie des propriétaires en particulier, des réticences s’expriment. Un peu moins de six Français sur dix (58 %) déclarent être favorables à l’obligation pour les propriétaires de rénover leur logement principal d’ici 2040 et moins d’un sur deux (47%) soutiennent l’augmentation des taxes sur les produits transformés, marqueur d’une crainte et d’un rejet de l’écologie classiquement marquée dans l’opinion comme « punitive ».

Le jugement sur le caractère ambitieux du projet de loi

Près des deux tiers (63%) des Français trouvent ambitieux le projet de loi préparé par le Gouvernement pour appliquer les propositions de la Convention citoyenne pour le climat, 73% des jeunes de moins de 25 ans sont dans cette situation.

L’expérience d’un démarchage téléphonique illégal au sujet d’une aide à la rénovation énergétique

Malgré la mise en place, après plusieurs mois de débats parlementaires, de la loi sur l’encadrement du démarchage téléphonique, qui consacre notamment l’interdiction du démarchage téléphonique pour proposer des offres de travaux de rénovation énergétique ou d’équipement en matière d’énergies renouvelables aux particuliers, 67% des Français affirment avoir déjà reçu un appel téléphonique de démarchage au sujet d’une aide à la rénovation énergétique.

Lancée en 2020, la “Prime rénov’”, est une aide élargie à tous les ménages sans condition de ressource, destinée à financer des travaux de rénovation énergétiques dans la résidence principale des bénéficiaires. Une aide du gouvernement assez attractive à laquelle 57% des propriétaires pourraient avoir recours.