Les TICs à La Réunion

La 3 G arrive en outre-mer

Témoignages.re / 29 mai 2007

Alors que le téléphone mobile de troisième génération (3G) prend peu à peu son essor dans l’hexagone, l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes (ARCEP) a lancé une consultation publique sur l’introduction de cette 3G en Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Mayotte et Saint-Pierre et Miquelon.

Accéder à l’Internet à haut-débit depuis son téléphone mobile devrait être possible dans les prochains mois dans les départements et collectivités d’outre-mer. Trois ans après son déploiement dans l’hexagone, la 3G sera accessible dans certains territoires ultramarins. C’est la volonté de l’ARCEP, qui a lancé une consultation jeudi 24. Dans un communiqué, l’Autorité indique que « les marchés de la téléphonie mobile dans l’outre-mer français se sont développés rapidement ces dernières années pour atteindre un taux de maturité incroyable ».
Le taux de pénétration est en effet de 96 % à Pointe-à-Pitre ou Fort-de-France contre 81,9 % à Paris ou Bordeaux. Autrement dit, le marché est plus que mûr pour passer au niveau d’équipement supérieur que constitue la 3G. « Les habitants des départements et collectivités d’outre-mer doivent également pouvoir bénéficier des nouvelles possibilités » apportées par la téléphonie mobile de troisième génération, indique par ailleurs l’ARCEP, qui souhaite cette introduction « sans retard, tout en prenant en compte les spécificités des marchés locaux ». Les acteurs susceptibles de déployer des réseaux 3G ont jusqu’au 6 juillet prochain pour se manifester.

L’introduction de la 3G dans les départements et collectivités d’outre-mer avait déjà donné lieu à des premiers travaux en 2002. L’autorité avait lancé une consultation publique le 4 mars 2002 afin de préparer une procédure d’attribution d’autorisations 3G dans la bande à 2 GHz. Toutefois, les différents projets n’ont pas été concrétisés dans les délais initialement prévus. Les acteurs se sont en effet focalisés sur le développement du mobile 2G indique l’ARCEP. C’est à cause de cela que l’attribution d’autorisations 3G a été reportée.

Françoise Solis
(NewMedia)