Les TICs à La Réunion

Les gramounes sur le Net

Témoignages.re / 4 octobre 2007

Les gramounes du Chaudron sont branchés. Grâce à la toute nouvelle association Prodemsol (Proximité et démocratie solidaire), ils découvrent l’outil informatique, certains pour la première fois de leur vie. Cela se déroulait dans le cadre d’une rencontre intergénérationnelle. Semaine bleue oblige ...

JPEG - 19.3 ko
(photo BBJ)

J’y rencontre une ancienne collègue, aujourd’hui à la retraite, qui vient perfectionner son apprentissage sommaire de l’outil informatique. Une autre me dit avoir eut du mal avec sa souris, qui courait un peu vite pour elle. Une autre est emballée par l’ordinateur, « é tout sat i sava avèk », me dit-elle. Hier, dans le cyberbase du Bas de la Rivière, ils étaient une quinzaine à découvrir les lieux, et le fameux ordinateur, Internet, et quelques applications.
Allumer un poste, écrire une lettre, effectuer des recherches. Les gramounes ont apprécié cette matinée de découverte numérique. Et ils en redemandent, certains s’inscrivant de suite. Cette petite rencontre avec l’outil multimédia les a poussés à prendre les devants, pour être au niveau. « Amoin, mon ti zanfan mi gingn anvoy ali in ti limèl, po done ali inpé nout nouvèl, é konèt koman li viv laba an Frans », me confie une mamie internaute.
Se tenir en éveil, rester actif, vieillir oui, mais en restant branché, in. Bien sûr, cette rencontre avec la technologie demande quelques aménagements et impliquent des coûts difficiles à porter. C’est la raison pour laquelle il est intéressant de pouvoir compter sur des cyberbases afin de rendre réelle la démocratisation technologique. A quand un ordinateur dans chaque foyer ? « Moin mi gingn pa sort mil, mil sink san léro po pèy in lordinatèr. Soman, mi trouv lé bien nana in cyberbase po fé linformatik. Mèm vié, mi aprann. E i amiz amoin osi », lance un granmoun. D’où l’intérêt de cette journée.

Entre générations

Placée sous le signe de la rencontre intergénérationnelle, cette journée cédait une large place pour l’échange entre gramounes et adolescents. Pour Marie-Paule Abriska, à l’origine de cette manifestation, les jeunes ont besoin de connaître leur passé. Mais il importait qu’en retour, la troisième jeunesse s’ouvre à un outil moderne. Après avoir partagé un bon déjeuner avec les jeunes de Reydellet, les gramounes ont invité ces derniers à un petit retour en arrière, dans un temps pas si vieux que ça. Les jeunes ont sûrement compris la chance de vivre une autre époque, dans de bonnes conditions sanitaires, avec un système éducatif. Et si pointe le chômage, les gramounes font valoir la belle notion du courage.

Bbj