Les TICs à La Réunion

Rencontre avec les forces vives d’un pilier de l’économie mauricienne

L’Artic et les TIC en mission à l’Ile Maurice

Témoignages.re / 20 juin 2007

Deuxième volet du compte-rendu de la mission de l’ARTIC à Maurice. Retour au 1er juin dernier sur la réunion avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’île-sœur ainsi que celles avec l’ACT et le MITIA (Association des Industries Mauriciennes des Nouvelles Technologies).

JPEG - 22.2 ko
Délégation
(Photo Isabelle Froger - Studio Totem)

Réunion CCIM

Le vendredi matin a commencé par une réunion avec la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice en la présence de son Secrétaire général. Une réunion relativement généraliste, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice s’occupant plus particulièrement du développement économique en général. Cependant, cette Chambre s’est aperçue ces dernières années du rôle important joué par les associations professionnelles de la filière. Elle soutient de ce fait l’association ACT au niveau de l’organisation, dans ses locaux, des réunions mensuelles et en gérant son secrétariat.
La CCIM gère aussi à son niveau le Forum économique des îles, dont la prochaine session aura lieu à Maurice du 24 au 27 octobre 2007. L’Artic est invité à y participer.

La problématique de la formation à Maurice a été également évoquée. L’ARTIC doit, sur la demande de certains de ses membres, aider à structurer une offre de formation de compétences réunionnaises en ce sens. La CCIM, ou l’association ACT, pourrait être un des partenaires relais sur l’île sœur pour la mise en œuvre des sessions de formation.

Réunion avec ACT (sous-titre)

Le vendredi matin à 10h, l’ARTIC rencontrait l’association ACT et son Président François de Grivel.
ACT regroupe actuellement les entreprises de Centre d’Appel, BPO, Développement logiciel et Télécom de Maurice. Elle compte 25 membres et regroupe 6.000 emplois de la filière.
Le débat a démarré sur la problématique des tarifs HD.
Le président de l’ARTIC a confirmé que la coopération avait aussi pour objectif la création de joints venture entre les entreprises des deux associations. L’accès à des capitaux en provenance de l’autre île peut être important pour la croissance des PMI TIC. Du côté de la formation, l’ARTIC sera active dans le cadre de la mise à disposition de compétences réunionnaises pour la formation.
Barlen Pilay, qui gère le secrétariat de ACT, va maintenant garder un contact serré avec Christine Niox-Chateau pour développer le partenariat dans les mois qui viennent.

Réunion avec le MITIA (sous-titre)

La fin de la matinée a été consacrée à une réunion avec le MITIA (Mauritius IT Industry Association). Cette association regroupe les principales structures de service logiciel.
Les pistes de coopération évoquées sont les suivantes :

- Echange de fiches sur le modèle de la mission dans les mois qui viennent pour des recherches de partenariats,

- Envoi de la newsletter.

Christine Niox-Château,
Chargée de mission ARTIC


Dominique Parguel, Directeur Régional de BULL à La Réunion

« Le cinquième pilier de l’économie Mauricienne »

Pourquoi avoir rejoint la mission de l’Artic à Maurice ?

- DP : Cette mission était l’opportunité pour moi de nouer des contacts directs avec les institutionnels et les entreprises mauriciennes, afin de mieux appréhender le marché mauricien. Le programme était intéressant, mixant des réunions "officielles" et des entretiens individuels avec d’éventuels partenaires.

Parmi les différents rendez-vous du programme initial, quels sont ceux qui ont été les plus intéressants pour vous et pourquoi ?

- La rencontre avec le Ministre des Technologies de l’Information était enrichissante, pour prendre vraiment conscience que les TIC sont pour l’État mauricien une priorité, « le cinquième pilier de l’économie mauricienne ». Certains dossiers sont communs avec nos préoccupations, notamment sur le haut débit. Les contacts B to B ont permis de bien situer le potentiel des sociétés TIC et d’évoquer des partenariats potentiels.

Que retirez-vous de cette mission ?

- Une bonne vision du marché des TIC mauricien, des contacts fructueux, qui restent à approfondir avant d’arriver à des partenariats concrets.


Trois questions à Luciano Morel, Directeur associé de RDTRONIC et membre de l’Artic

Travailler à diminuer le coût des liaisons haut débit avec Maurice

Comment avez-vous abordé ces deux jours à Maurice ? Quels étaient vos objectifs ?

- Je me suis rendu à l’Ile Maurice avec la mission ARTIC dans le but de nouer des contacts avec la diaspora mauricienne aussi bien au niveau des administrations que des entreprises locales. Je souhaitais également obtenir des informations sur les possibilités pour une entreprise réunionnaise de s’implanter à l’Ile Maurice. Les réponses qui m’ont été apportées m’ont satisfait et l’avenir est prometteur.

Quels ont été les échanges avec les associations et les différentes entreprises du secteur TIC, et vous ont-ils apporté un éclairage complémentaire sur la zone dont vous pouvez avoir besoin dans le cadre de votre activité ?

- Chaque rendez-vous a permis de rencontrer des gens très intéressants et de se faire une première idée de comment s’implanter sur l’Ile Maurice. Nous avons parlé des grands projets qui touchent à la fois Maurice et La Réunion, comme l’intérêt d’avoir une deuxième connexion haut débit autre que le SAFE, avec par exemple le projet EASSY. Nous avons ensuite abordé le sujet délicat des coûts de connexion au réseau haut débit entre La Réunion et Maurice de façon à travailler en collaboration et donc faire diminuer ce coût beaucoup trop important aujourd’hui par rapport à la courte distance à parcourir. Ce qui paraît en effet paradoxal aujourd’hui, c’est que envoyer des informations à Maurice depuis La Réunion et réciproquement coûte moins cher en passant par Paris que la liaison directe Réunion-Maurice. Imaginez si c’était la même chose dans les transports aériens !

Avez-vous pu initier ou jeter les bases de partenariats potentiels avec des entreprises de Maurice ?

- Tout à fait, ce voyage m’a permis de rencontrer des sociétés mauriciennes avec qui on souhaite faire un partenariat. Il a donc été très positif d’autant plus que je suis reparti avec des cartes de visite qui me permettront par la suite, si besoin, d’obtenir des entretiens plus facilement, et avec la bonne personne.


Points de vue sur le vif ...

• Jean-Louis Wald, Fondateur de GEOCOM et Marcel Misslin, Consultant GEOCOM à Maurice

« GEOCOM a toujours pressenti l’opportunité de partenariats et de marchés émergents sur Maurice.
Comme la technologie GEOCOM est exportable dans le monde entier, puisqu’elle s’appuie sur une normalisation poussée, et déjà présente sur la Métropole, notre société ne pouvait manquer de s’intéresser à la zone O.I.
La mission Artic a été l’occasion de présenter nos services ProSMS pour les professionnels et le retour en est tout à fait prometteur. Représentant la société GEOCOM à Maurice, M. Misslin précise : « J’avais la particularité au sein de la mission Artic de représenter GEOCOM en tant que consultant et d’être résident à l’Ile Maurice.
Ma mission clairement définie était de comprendre comment sont structurés les services ProSMS à l’Ile Maurice et de trouver des clients et partenaires pour son développement.
Deux constats :
La conviction qu’un fort potentiel existe dans ce domaine, ce qui n’était pas une évidence au départ.
L’intérêt que suscite la technologie pour les responsables mauriciens présents.
Mission globalement très encourageante qui s’est déroulée dans la convivialité, ce qui n’est pas le moindre succès ».
Dans le domaine Commercialisation et développement de services à valeur ajoutée par SMS, il y a de toute évidence des besoins exprimés et des collaborations possibles ».

• Nicolas Noël, Responsable d’Affaires au sein de Graniou

« Mon objectif, hormis l’appréhension du marché mauricien des Télécoms et ses besoins spécifiques, était d’apprécier la réelle volonté de partenariat de nos homologues dans la conquête de marchés régionaux.
Nous pouvons affirmer que cette dernière n’est pas illusoire, de nombreux contacts ont été pris dans ce sens. De plus, nous pouvons que nous satisfaire de la crédibilité de l’ARTIC auprès des différentes instances mauriciennes (Chambre de Commerce, associations etc...) ».

A suivre ...

• Isabelle Froger, Studio Totem

« Cette première participation à une mission de l’Artic m’a permis de faire le point sur les possibilités d’échange avec Maurice dans notre activité et de mieux appréhender le marché en termes de compétences par rapport à nos besoins propres. Cette mission a aussi été l’occasion de côtoyer les membres participants dans un contexte différent et de constater de manière tangible la prise en considération du travail réalisé par l’Artic au plus haut niveau ».

• Luco Barret - Réunion Multimédia

« En tant que magazine TIC, “Réunion Multimédia” a suivi le déplacement de la mission Artic à Maurice sur les deux jours avec un résumé de la mission pour ce numéro de juin (numéro 51) et un retour au mois de juillet sur les différentes interventions de cette mission. Les contacts de la délégation ont été nombreux aussi bien avec des organismes d’Etat (le Ministre mauricien de la Technologie de l’Information et des Télécommunications), le National Computer Board, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Maurice qu’avec les associations privées et influentes de la filière TIC mauricienne comme la Chambre de Commerce France Maurice, l’ACT, le MITIA et les entreprises composant la filière TIC de Maurice, présentes en nombre à ces différentes rencontres. Connaître réciproquement les filières TIC a été la base de ces rencontres, avec, en fond, un protocole d’accord de partenariat Artic/Maurice. Comme base de ce protocole : se réunir pour trouver des solutions au développement de la filière sur plusieurs plans.
Du côté du magazine, un partenariat avec Leal Communications & Informatics Ltd a été mis en place pour débuter la distribution de “Réunion Multimédia” dans l’île de quelques centaines de numéros. Actuellement, un partenariat existe avec “L’Express” Maurice, la coopération prend une autre tournure, et à terme, on espère avoir de plus en plus d’information TIC de l’Ile Maurice et participer à la coopération à notre manière, en privilégiant l’information ».

• Anil Cassam-Chenaï - Président de l’Association Artic et PDG de M.I. Technologies

« C’est la troisième fois que je participais à une mission ARTIC à Maurice puisque les deux fois précédentes, j’accompagnais le Président du moment (Philippe Arnaud, puis Jean-Marc Pequin) en qualité de secrétaire.
Cela faisait au moins deux ans et demi que nous n’y étions pas retournés, et il est clairement apparu qu’une étape a été franchie indépendamment par les deux filières TIC en termes de croissance. Une nouvelle étape se profile maintenant où la co-traitance entre les deux îles semble incontournable dans un marché mondialisé.
Les deux prochaines années seront essentielles pour engager la dynamique et je crois que tous les membres de la mission ont senti que la phase d’observation touchait à sa fin et que nous allons maintenant pouvoir entrer dans des projets concrets ».