Les TICs à La Réunion

Une tendance technologique prioritaire pour l’entreprise industrielle

L’informatique décisionnelle

Témoignages.re / 28 novembre 2006

Faire face à la concurrence, anticiper les évolutions sur son marché, adopter les choix commerciaux stratégiques : tels sont les enjeux de l’entreprise industrielle qui souhaite développer et consolider ses parts de marché.

Selon la récente étude Gartner, la sécurité n’est plus la priorité technologique, celle-ci a cédé le pas à l’informatique décisionnelle. Outil d’analyse transversal, elle accompagne le chef d’entreprise industrielle dans ses choix, lui permettant d’anticiper l’ensemble des sujets stratégiques : prise de part de marché, intégration des contraintes réglementaires, innovation, développement durable, optimisation des marges... afin de lui garantir une croissance continue.

Ces solutions d’aide à la décision sont réellement parvenues à convaincre les entreprises industrielles françaises de l’efficacité de leurs applications, portant la dynamique des investissements en achat de progiciels décisionnels en 2003 à plus de 8% en France (selon IDC France).
A l’heure actuelle, la croissance du marché continue à progresser autour de valeurs proches des 6 à 7% par an.
Un constat, avec les modifications de l’environnement économique ou réglementaire, les entreprises industrielles ont besoin d’être accompagnées afin d’opérer les changements adéquats au sein de leur structure.
Pour exemple : la mise en œuvre de la LOLF (Loi Organique relative aux Lois de Finance) et de la TAA (Réforme de la Tarification à l’Activité) au sein des établissements de santé, conduit les entreprise industrielles du secteur public et privé à développer leurs ressources allouées au pilotage stratégique de leurs activités.

Dans sa dernière enquête auprès de 1.400 responsables informatiques (dans plus de 30 pays), Gartner dévoile le “Top 10” des priorités de l’entreprise industrielle en termes de Business et de Technologie utilisés.

Côté affaires (business) : les 3 priorités sont :
1) l’amélioration des processus d’affaire, 2) Les coûts d’exploitation, 3) Augmenter et renforcer la relation client.

Côté technologique : On retrouve 1) mise en place d’applications de business intelligence (informatique décisionnelle), 2) Sécurité des réseaux, 3) la capacité à travailler hors de l’entreprise.

L’enquête montre très clairement que les attentes des cadres vont désormais bien au-delà de la problématique des coûts, de la sécurité et de la qualité. Leur préoccupation : la constante amélioration des process d’affaire avec en ligne de mire l’utilisation des applications de l’informatique décisionnelle.
Cette évolution est favorisée par le besoin de solutions ciblées, un marché très concurrentiel (et donc instable), un besoin de transparence (contrôle), et la nécessité d’investir dans les projets assurant un retour rapide sur investissement.

Interview

Il nous apparaissait donc intéressant de nous pencher sur cette nouvelle tendance technologique au niveau de la Réunion afin de savoir si les entreprises industrielles locales utilisent ces technologies, comment, et quels secteurs de notre économie (finance, grande distribution, l’enseignement et la recherche, l’assurance, le secteur public) peuvent être intéressés par ce type d’applications.

Monsieur Didier Fauchard, gérant de la société FORMAT, spécialisée en système d’information (membre Artic) fait le point avec Christine Niox-Château (chargée de mission Artic) sur les enjeux au niveau réunionnais.

Christine Niox-Château : Quels sont les secteurs de notre économie pouvant tirer profit des applications de l’informatique décisionnelle ?

Didier Fauchard : Tous les secteurs de l’économie sont concernés et en particulier le secteur industriel. Celui-ci a été, en effet, touché de plein fouet par la globalisation de l’économie et a vu ses marges réduites drastiquement depuis quelques années. L’informatique décisionnelle est donc typiquement le type d’outil nécessaire pour améliorer les marges de l’entreprise industrielle par la recherche de toutes les erreurs constatées dans les processus de l’entreprise (fabrication, distribution, administratif ....)

Les dirigeants d’entreprises industrielles ont ils conscience de l’existence de ces outils et des profits qu’ils pourraient tirer de la mise en place de ces nouvelles technologies ?

- Globalement les chefs d’entreprise industrielle ont conscience de l’existence de ce type d’outils, mais ils pensent volontiers que ceux-ci sont réservés aux grandes entreprises industrielles compte tenu du coût d’investissement dans ces nouvelles technologies. La vraie nouveauté de l’année 2006, c’est l’intégration de l’informatique décisionnelle dans les logiciels de gestion destinés aux PME et PMI à des coûts raisonnables et à déploiement rapide. Le délai moyen constaté aujourd’hui chez nos clients est de l’ordre de 5 jours.

Observe t-on une demande spontanée ?


- Malheureusement non à cause en particulier de cette croyance tenace que l’informatique décisionnelle est réservée aux grandes entreprises industrielles et que les PME et PMI sont les parents pauvres des nouvelles technologies déployées dans l’informatique décisionnelle. Il nous appartient durant l’année 2007 d’informer les PME et PMI que l’informatique décisionnelle est désormais à leur portée.

Quelles sont les préoccupations actuelles de nos chefs d’entreprise industrielles au niveau de la mise en place de l’outil informatique et de son utilisation ?

- Même si la Réunion est isolée géographiquement de l’Europe, les chefs d’entreprise industrielle pressentent bien que la globalisation de l’économie a déjà atteint nos rivages. Force est de constater que les achats directs sur l’Internet ont connu une progression fulgurante et que nos entreprises industrielles ne sont désormais plus les seuls fournisseurs de notre territoire. Les chefs d’entreprise industrielle réunionnais sont donc comme tous les chefs d’entreprise industrielle du monde à la recherche de gain de productivité et d’abaissement des coûts de production afin de maintenir leur compétitivité sur le marché réunionnais. L’informatique à ce titre est de plus en plus perçue comme un centre de profit et non plus comme un centre de coût pour l’entreprise industrielle.

Rencontre-t-on des freins dans la mise en place de ces solutions ?

- La principale difficulté sur le marché de la PME et PMI est de faire percevoir à l’ensemble des acteurs de l’entreprise industrielle que l’information, le savoir au travers de son support que constitue le système informatique sont devenus un des piliers du développement et de la croissance de l’entreprise industrielle. Le chef d’entreprise industrielle doit par conséquent avoir une vision synthétique de son système d’information et non plus simplement de son système informatique. Il ne s’agit plus d’informatiser les services comptables, commerciaux, de production, de distribution ... mais d’automatiser l’ensemble des informations traitées par l’entreprise industrielle.

Quelle est votre démarche et comment vous inscrivez vous dans le paysage réunionnais ?


- Notre démarche dans notre métier est double. Tout d’abord, nous distribuons aux PME et PMI de la Réunion les logiciels des éditeurs nationaux (CLBI, PREMIUM RH) et internationaux (SAGE, MICROSOFT) tout en assurant en local le déploiement et l’assistance sur ces solutions. Notre équipe technique est à la fois composée de techniciens informatiques et de formateurs « métier » afin de faire concorder les attentes « métier » de l’entreprise industrielle et les solutions logicielles existantes. D’autre part, notre veille technologique interne nous amène à organiser régulièrement des journées d’information sur des thématiques précises afin que les chefs d’entreprise industrielle aient une vision de l’évolution future de leur système d’information.

Propos recueillis par Christine Niox-Château, Chargée de mission à l’Artic

L’informatique Décisionnelle : Définition complète

L’informatique décisionnelle (en anglais : DSS pour Decision Support System ou encore BI pour Business Intelligence) désigne les moyens, les outils et les méthodes qui permettent de collecter, consolider, modéliser et restituer les données d’une entreprise industrielle en vue d’offrir une aide à la décision et de permettre aux responsables de la stratégie d’une entreprise industrielle d’avoir une vue d’ensemble de l’activité traitée.
Ce type d’application utilise en règle générale un datawarehouse (ou entrepôt de données) pour stocker des données transverses provenant de plusieurs sources hétérogènes et fait appel à des traitements lourds de type batch pour la collecte de ces informations.
L’informatique décisionnelle s’insère dans l’architecture plus large d’un système d’information.
Les applications classiques « d’entreprise industrielle » permettent de stocker, restituer, modifier les données des différents services opérationnels de l’entreprise industrielle (production, marketing, facturation comptabilité, etc.). Ces différents services possèdent chacun une ou plusieurs applications propres, et les données y sont rarement structurées ou codifiées de la même manière que dans les autres services. Chaque service dispose le plus souvent de ses propres tableaux de bord et il est rare que les indicateurs (par exemple : le chiffre d’affaires sur un segment de clientèle donné) soient mesurés partout de la même manière, selon les mêmes règles et sur le même périmètre.
Pour pouvoir obtenir une vision synthétique de chaque service ou de l’ensemble de l’entreprise industrielle, il convient donc que ces données soient filtrées, croisées et reclassées dans un entrepôt de données central. Cet entrepôt de données va permettre aux responsables de l’entreprise industrielle et aux analystes de prendre connaissance des données à un niveau global et ainsi prendre des décisions plus pertinentes, d’où le nom d’informatique décisionnelle.

(source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Informatique_decisionnelle)