Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Développement > Quel avenir

12 Réunionnais au Congrès mondial d’astronautique

Espace

mardi 4 octobre 2022


Le Congrès Mondial d’Astronautique : Douze Réunionnais étaient sur place pour cette manifestation planétaire qui cette année se déroulait à Paris. Voici quelques extraits des compte-rendus des acteurs de notre île, petite planète posée sur la grande, championne du monde de la Diversité !


Chaque année, c’est avec l’IISL, International Institute of Space Law, que l’IAF, Fédération Mondiale d’Astronautique, organise le congrès IAC, auquel La Réunion vient de brillamment participer. Retour d’expérience de Réunionnais invités à cet événement.

Thomas K/Bidi : Ce fut une belle expérience, c’était la première fois où j’assistais à un congrès, j’ai pu prendre conscience de l’importance de la vision internationale, me familiariser avec les sessions techniques, les discussions avec des acteurs du domaine, et m’éduquer toujours plus sur différents sujets, que ce soit au travers des différentes sessions techniques, séances plénières, présentations interactives, discussions, et autres, ce que j’ai trouvé très enrichissant. Je retiens de ce congrès que les acteurs du spatial sont divers et que c’est au travers d’une collaboration mondiale que nous arriverons à progresser dans ce domaine, et j’espère que La Réunion, d’une manière ou d’une autre, arrivera à se faire une place parmi ces acteurs mondiaux.

Mathilde Clain (en attente du retour d’expérience)

Xavier Nicolay (idem)

Romain Payet : J’ai pu assister à la Présentation Interactive de Simon et Esteban sur le PDC, Compteur de Particules Cosmiques, qui montre comment les jeunes Réunionnais peuvent concrètement participer à des activités spatiales et j’ai terminé 2e lors d’un jeu concours organisé par l’agence spatiale suisse, qui m’a offert des petits cadeaux. C’était encore une fois très plaisant de partager un moment avec des personnes que je ne connaissais pas mais qui sont elles aussi passionnées par l’espace.

Franck Marchis, qui vit en Californie : C’était mon premier Congrès d’Astronautique sur le continent européen et en plus à Paris, donc une occasion pour connecter avec les Européens et l’agréable surprise de rencontrer un contingent réunionnais. Je vais a l’IAC régulièrement (Washington DC, Dubai,…) mais celui était spécial. Je vais revenir à La Réunion en 2023. Peut-être en juin, pour rencontrer les étudiants qui travaillent sur le projet de voile solaire et les écoles qui veulent entendre parler de recherche de vie extraterrestre. Les astronomes citoyens d’Unistellar basés à La Réunion ont pu observer en temps réel le crash de la sonde DART sur Dimorphos. On a fait un live avec Patrice Huet et on a pu l’observer en direct. Un événement extraordinaire qui a été rapporté dans les médias à La Réunion mais aussi sur BBC et aux USA. La Réunion a un très fort potentiel en astronomie observationnelle qui a été négligé trop longtemps.

Simon Maillot : L’IAC 2022 Paris a été une expérience riche en rencontres et a renforcé mes connaissances théoriques sur le domaine spatial. J’ai pu me renseigner auprès de certaines entreprises concernant une affectation éventuelle dans le cadre de mon stage de fin d’études. Reste à utiliser ces contacts pour savoir ce qu’il en est vraiment. Faire partie d’une « délégation réunionnaise » était un plus !

Esteban Decline : Celles que j’attendais le plus étaient évidemment les excellentes présentations données par nos collègues Frédéric Bousquet et Olivier Boisard (la meilleure de la Session Arts Practice and Outer Space, sans aucun doute) et Erika Vélio (Session Sharing Space Heritage), dans laquelle le futur Centre Spatial Réunionnais a reçu une attention méritée de la part du public et du jury.

Pierre Munoz : L’art et la fantaisie sont les indispensables compléments de la science. Il faut plus utiliser les progrès du spatial pour le développement durable sur la Terre. De la difficulté de convaincre nos institutionnels de la pertinence du spatial. Et pourtant, les événements sur cette thématique sont de plus en plus nombreux. Et pourtant, le public adhère et nous avons de quoi faire briller ses yeux avec les étoiles qui nous animent. Il faut que Payankeu soit mieux maillé à l’U3P dans sa communication. Il faut faire des pins Payankeu à l’U3P, renforcer les liens Cordes sur Ciel — Kourou (jumelage établi par Paul Quilès) — Réunion (pourquoi pas Ilet à Cordes ? Y a des dalons là-haut). J’ai prévu de longue date un passage à La Réunion en 2023 (cf « Conduite de projets » de GP) => en cours. L’IAC = Sacré boost de motivation et possibilités. Je vais à Baku l’an prochain présenter le Cirque Payankeu et peut-être les artistes cordais dans l’Espace, je vois actuellement comment envoyer les œuvres des artistes de Cordes sur Ciel dans l’Espace et sur Mars via Space Renaissance.

Xavier Daniel : Les politiques et institutions locales ne sont pas dans le paradigme « intérêt pour le spatial », hormis les retombées pour le public, les jeunes, la formation, les entreprises locales. Ainsi, un « IAC Peï » pourrait initier, sinon des dynamiques spatiales immédiates à La Réunion et dans l’océan Indien, au moins la transmission des facteurs innovants techniques et spatiaux qui nous semblent couler de source. Car en effet, du spatial découlent une multitude d’implications dans l’ingénierie, la technique et la formation, qui elles ne sont pas du domaine spatial mais concernent la Terre, ses océans, l’humain, l’écologie, etc, etc. Space for All n’est ainsi pas un mauvais slogan. Aux décideurs péï d’en prendre conscience.

Erika Velio : La Réunion est une île mondiale !

Les textes qui précèdent ne sont que des extraits des retours d’expérience. Des éléments beaucoup plus développés seront présentés au mois de novembre 2022 à l’occasion de la Fête de la Science :

https://www.fetedelascience.fr/payankeu-objectif-lune

Le 4 octobre 1957, un ingénieur “réunionnais” d’origine russe, qui à l’époque travaillait dans l’équipe de Serguei Korolev, voyait s’envoler l’une de ses créations pour quelques centaines d’orbites autour de notre planète. Le monde avait compris que nous entrions dans une nouvelle ère, et il est notable qu’il n’y a eu aucune plainte déposée au Tribunal International de la Haye pour survol illégal de territoires. En 1999, les Nations Unies ont décrété une World Space Week pour commémorer cette date historique. Au Congrès IAC-2022 auquel les Réunionnais ont brillamment participé, nous avons rencontré Dennis Stone, le créateur de la World Space Week, Il propose pour commencer la World Space Week de cette année un “Événement” dont vous trouverez les détails sur son site :

Détails : https://www.worldspaceweek.org/events/event-details/?eventID=54257


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus