Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Développement > Quel avenir

Cyrille Melchior plaide pour un nouveau financement de la branche Autonomie de la Sécurité sociale

Vieillissement accéléré de la population réunionnaise

dimanche 5 novembre 2023


Le Département a accueilli, vendredi 3 novembre, dans son Hémicycle de l’Hôtel de La Source, une rencontre entre les acteurs locaux de la branche Autonomie de la Sécurité sociale, réunis à l’occasion de la visite dans l’île des dirigeants de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA).


La CNSA a en effet mis en place un cycle de rencontres interdépartementales avec ses partenaires territoriaux. Ici, l’Agence régionale de santé (ARS) La Réunion, le Conseil départemental et la Maison départementale pour les personnes handicapées (MDPH). Il s’agît de faire dialoguer les acteurs clés du réseau, garantir une bonne coordination entre le niveau national et les acteurs territoriaux, de mettre en cohérence les différentes stratégies territoriales, et de définir des orientations stratégiques.
Lors de cette rencontre, Cyrille Melchior, Président du Conseil départemental, a ainsi souligné qu’un quart de la population réunionnaise aura plus de 60 ans en 2050. « Nous avons une préoccupation majeure sur les plus de 70 ans », expliquait-il. « Ils entrent plus tôt qu’ailleurs dans la dépendance. Nous avons également beaucoup de personnes âgées qui vivent dans la précarité, notamment du fait de pensions de retraite moins élevées. Nous saluons l’ambition partagée de rattraper le retard en matière d’hébergement et de formation des personnels. Nous n’avons pas non plus d’inquiétude sur le fait de trouver des opérateurs de qualité qui s’engageront dans ce processus. Mais nous sommes très préoccupés par l’accompagnement financier de tout ça. »
Il a également rappelé qu’il demande, depuis de longs mois, une révision des modes de financement des branches vieillesse et handicap. « Notre reste à charge est important et il ne cesse d’augmenter, plaidait-il. Nous y arriverons, mais il faut nous aider. »
Pour mémoire, plus de 64 000 bénéficiaires ont été recensés par la MDPH en 2022. Un chiffre en hausse de 5 % par rapport à 2021. Le nombre de bénéficiaires est en constante augmentation depuis 2006 et représente 7,3 % de la population réunionnaise. C’est deux fois plus qu’il y a 12 ans.
Notre île se distingue également par des facteurs de fragilité :
- La part des personnes vivant seules est en constante augmentation depuis 2008 et le phénomène est particulièrement marqué chez les plus de 65 ans : 27 % des personnes de 65 à 79 ans en 2019 contre 22 % en 2008, et 35 % des plus de 80 ans contre 29,6 % en 2008.
- Le taux de pauvreté s’établit à 29,1 % chez les 60-74 ans et à 36 % pour les plus de 75 ans.
- Le taux de dépendance de 12 % à la Réunion est supérieur à celui de la France (8 %). La dépendance est aussi plus précoce qu’en France du fait d’un processus de vieillissement qui intervient plus tôt sur l’île.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus