Vers la 9e Semaine africaine de l’ingénierie de l’UNESCO

L’UNESCO salue les progrès de l’Afrique vers la réalisation des objectifs de développement durable et appelle à des efforts accélérés pour atteindre les objectifs de 2030

16 septembre 2023

A la veille de la 9e Semaine africaine de l’ingénierie et de la 7e Conférence africaine sur l’ingénierie qui se tiendra au CSIR Convention Centre, à Pretoria, du 25 au 28 septembre, Rovani Sigamoney, spécialiste du programme d’éducation de l’UNESCO et ingénieur chimiste, a présenté les progrès réalisés. par le continent sur les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD).

« L’Afrique subsaharienne (ASS), avec un milliard d’habitants, compte soixante-dix pour cent de jeunes (moins de 30 ans) et une richesse de ressources naturelles et minérales, ce qui permet aux pays de collaborer pour éradiquer la pauvreté, se développer économiquement et durablement », explique Rovani Sigamoney, spécialiste du programme d’éducation de l’UNESCO et ingénieur en Chimie.
« Cependant, selon la Banque mondiale, la croissance économique a ralenti sur le continent depuis 2021, exacerbée par des événements mondiaux comme la pandémie de COVID-19 et la guerre en Ukraine, entre autres. La croissance devrait à nouveau augmenter lentement en 2024, mais les pays doivent intensifier leurs investissements dans les énergies vertes, développer leurs infrastructures, transformer la productivité agricole et se préparer à un avenir à faibles émissions de carbone ».

En 2020, les gouvernements africains étaient à un peu plus de la moitié (53,8 %) de la réalisation des objectifs et cibles des ODD. Cependant, la pandémie de COVID a plongé 23,6 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté et ralenti tous les objectifs. Alors que l’Afrique est confrontée à de nombreux défis, les trois plus importants, selon Rovani Sigamoney, sont :

• Éducation — il y a encore 288 millions d’enfants en âge scolaire qui ne sont pas scolarisés. Il est nécessaire d’améliorer les compétences en mathématiques et en lecture, car celles-ci sont inférieures d’environ 54 % et 70 % à la moyenne mondiale pour les niveaux 2 et 3.
• Énergie — En 2022, 43 % du continent n’avait pas accès à l’électricité. L’exploitation de sources d’énergie verte peut améliorer l’accès à l’énergie.
• Sécurité alimentaire — L’Afrique doit construire des systèmes économiques résilients pour réduire la dépendance aux importations alimentaires en transformant et en modernisant la productivité agricole.

IA, énergies renouvelables et technologies propres à l’Afrique

En termes d’éducation, explique Rovani Sigamoney, l’enseignement et la pratique de l’ingénierie doivent être mis à jour avec les technologies modernes et les progrès de l’IA. « Nous devons impliquer davantage de jeunes, en particulier de jeunes filles, et leur apprendre à quel point les mathématiques, la physique et les sciences dures sont passionnantes et intéressantes. »
« En ce qui concerne l’énergie, nous devons investir dans l’enseignement et la recherche sur les systèmes d’énergies renouvelables pour que le continent puisse résoudre et surmonter ses problèmes d’électricité et d’énergie. Et pour la sécurité alimentaire, nous pouvons moderniser les systèmes agricoles en développant une technologie adaptée à l’Afrique pour augmenter la production agricole de manière durable et abordable tout en préservant la planète et sans détruire notre nature.
Chaque ODD étant lié aux autres, chacun des 17 ODD est nécessaire pour atteindre les objectifs du continent. Cela est également conforme à l’Agenda 2063 de l’Union africaine, qui complète les cibles des ODD. « Cependant, si nous, en tant qu’ingénieurs, examinons l’éducation (ODD 4), l’eau potable et l’assainissement (ODD 6) et l’énergie propre et abordable (ODD 7), nous avons également un impact direct et indirect sur tous les autres ODD. Ce que nous faisons localement fait une différence à l’échelle mondiale et, ainsi, améliorer durablement la situation de l’Afrique aide le monde.

Progrès encourageants

Cependant, explique Rovani Sigamoney, malgré les défis, les progrès réalisés sont encourageants :
• ODD 3 : Bonne santé et bien-être : Les taux de mortalité maternelle ont diminué de manière significative en Afrique subsaharienne (ASS). Les pays qui ont fortement réduit leur taux de mortalité maternelle par rapport à 2017 sont : la Tanzanie (55 %), l’Eswatini (45 %), la Mauritanie (39 %), l’Éthiopie (33 %) et l’Érythrée (33 %).
• ODD 4 : Scolarisation dans le primaire : En ASS, la scolarisation dans le primaire est passée de 60 % en 2000 à 78 % en 2018.
• ODD 13 et 14 : les Seychelles sont les mieux classées en Afrique, ayant mis en place les cadres juridiques et politiques nécessaires pour répondre aux préoccupations environnementales.

« L’Afrique a désespérément besoin de plus d’ingénieurs »

« Des ingénieurs sont nécessaires et impliqués dans chacun des 17 ODD et nous devons rechercher des solutions qui englobent la durabilité. L’Afrique a désespérément besoin de plus d’ingénieurs, et ce sont des événements comme la 9e Semaine africaine de l’ingénierie de l’UNESCO, qui visent à stimuler et à inciter nos jeunes à poursuivre une carrière dans l’ingénierie. Nous avons également besoin de jeunes femmes ingénieurs, car les femmes représentent 50 % de notre population et seulement 10 à 20 % de la main-d’œuvre en ingénierie en Afrique, et les solutions les plus durables sont trouvées lorsque différents esprits s’unissent pour résoudre localement les problèmes mondiaux », conclut Rovani Sigamoney.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?