Tourisme

Un plan régional de formations et contrats d’objectifs

Tourisme/hôtellerie/restauration

Témoignages.re / 5 octobre 2009

Formation : engagement du programme de formation dans ce secteur pour l’année 2009, comportant de nouvelles formations dans certains niveaux : CAP services en brasserie/café ; maître d’hôtel ; chef de cuisine ; perfectionnement cuisine ; réceptionniste en hôtellerie ; gestionnaire de structures touristiques en milieu rural ; plate-forme langues et stages en immersion ; agent de réservation/comptoir/billetterie.
Pour ces deux dernières formation, la Commission permanente a formulé les souhaits suivants : pour la plate-forme langues, limitation aux pays anglophones européens ; pour les stages en immersion, réservation aux publics privés d’emplois ; pour les agents de réservation : demande de vérification des débouchés de cette formation, des dispositifs en interne étant menés par des compagnies aériennes. Le montant global de cette formation est de 1,082 million d’euros (dont 70% pris en charge par l’Europe à travers le Fonds Social Européen).

Contrat d’objectifs emploi formation dans l’hôtellerie et la formation : le contrat d’étude prospective dans l’hébergement marchand et la restauration, réalisé en 2005, et son actualisation en 2008, a mis en avant un certain nombre de problématiques au niveau de l’emploi et de l’offre de formation réunionnaise. Des points faibles ont été relevés notamment : peu de formation pour l’encadrement intermédiaire, absence de formation pour les activités et pratiques de très haut de gamme ; difficultés de recrutement dans certains secteurs.
Ce constat a conduit à la préconisation d’un contrat d’objectifs. Celui-ci a été élaboré avec les organisations professionnelles des secteurs de l’hôtellerie et de la restauration (ainsi que de l’Etat). Ce contrat vise à favoriser l’accès et le maintien dans l’emploi dans ce secteur des publics jeunes ou demandeurs d’emplois, voire actifs ; améliorer la coordination entre les divers dispositifs et filières de formation ; encourager, dans les entreprises, le développement des bonnes pratiques. Un comité de pilotage assurera la mise en œuvre et le suivi de ce contrat d’objectifs qui porte sur la période 2009/2013.


An plis ke sa 

Formation : pour le financement de l’étude sur la mise en œuvre du dispositif de suivi et d’évaluation du PRDF (Plan régional de développement des formations) sur les années 2006/2013, engagement d’une enveloppe de 45.500 euros.


- Décrets
 : les élus de la Commission permanente ont étudié deux projets de décret concernant les entreprises des DOM, ces deux décrets découlent de la LODEOM (Loi pour le développement économique de l’Outre-mer). Le premier concerne la mise en place d’une dégressivité des exonérations de cotisations patronales de sécurité sociale et le second porte sur les modalités d’octroi des plans d’apurement des dettes sociales.
Ces deux projets de décret devaient être étudiés selon la procédure d’urgence. Du fait de la saisine tardive par le gouvernement, les élus regrettent le peu temps qui leur est laissé pour l’examen des textes, d’autant plus que ceux-ci sont d’une extrême complexité.
Cela avait d’ailleurs déjà été débattu à l’Assemblée nationale, lorsqu’elle avait eu à se pencher sur ce texte, lors de l’examen du projet de Loi de finances 2009 pour l’Outre-mer. Les élus ont donc regretté que le texte n’ait pas été simplifié et modifié entre sa rédaction initiale, telle que proposée pour le projet de Loi de finances, et le texte soumis aux collectivités locales. Sur le fond, la Région a saisi pour avis les Chambres consulaires ainsi que le Conseil Economique et Social de La Réunion. La prise de position de la Région et les avis motivés des Chambres consulaires et du CESR ont ainsi été envoyés au gouvernement. La rédaction de ce texte doit répondre aux attentes des acteurs concernés.


- Co-développement
 : financement d’une mission médicochirurgicale de l’association Médecins de l’océan Indien à Domoni (Ile d’Anjouan, Comores) à hauteur de 36% du montant global, le co-financement étant assuré par le Conseil général de Mayotte et des sponsors. L’opération vise trois objectifs : la thérapie (prise en charge des patients) ; l’enseignement post-universitaire (former les équipes médicales) ; la prévention (campagnes d’hygiène bucco-dentaire notamment).