Economie

219 millions payés par les consommateurs et producteurs réunionnais

Achat de Vindemia par Groupe Bernard Hayot

Manuel Marchal / 25 juillet 2019

Hier, Témoignages avait montré que si les patrons de Vindemia vont toucher 219 millions d’euros pour la vente des magasins Score et Jumbo Score, les salariés à l’origine de cette valorisation ne toucheront pas un centime dans cette transaction. Reste à savoir qui seront ceux qui paieront le prix de ce rachat.

JPEG - 65.8 ko
Photo Toniox.

Le 7 juin dernier, une étude sur distribution des produits alimentaires était présentée à l’Observatoire des prix, des marges et des revenus. Elle mettait en évidence le fait que La Réunion n’était pas un petit marché, et que les acteurs de la grande distribution réalisent des marges comprises entre 25 et 40 %, supportées par les producteurs et les consommateurs. Elle précisait notamment que :

« Le modèle économique des relations entre les grandes surfaces et les producteurs (locaux ou pas), est à bout de souffle, il est fondé essentiellement sur des marges arrières excessives, vidant d’ailleurs de sens une négociation réelle sur les conditions d’achat et poussant la logique des promotions à l’extrême (beaucoup plus qu’en métropole), avec des effets très négatifs sur les niveaux de prix de vente aux consommateurs pratiqués, sur le développement de la production locale, comme sur l’équilibre économique des acteurs en général ». A titre d’exemple de la pression sur la production locale, la politique des promotions : « l’analyse chez les différents acteurs de la part de leur chiffre d’affaires réalisé sur les promotions, révèle ainsi que, s’agissant des distributeurs, la part n’est que de l’ordre de 15 à 30 % seulement, là où cette part est de l’ordre de 40 à 90 % chez les acteurs de la production locale ».
A cela s’ajoutent les marges avant, payée par les consommateurs, comprises en moyenne entre 15 à 25 %.

Le groupe GBH a mis 219 millions d’euros sur la table pour acheter Vindemia. Il compte récupérer une partie de cette somme par la revente de quatre hypermarchés à Make distribution. Pour le reste, il ne fait guère de doute que les consommateurs et les producteurs seront mis à contribution pour rentabiliser l’investissement financier. GBH est en effet un des acteurs du modèle de la grande distribution critiqué dans l’étude adoptée par l’Observatoire des prix des marges et des revenus.

M.M.