Economie

Accords de libre-échange avec le MERCOSUR et le Vietnam : nouvelle alerte pour La Réunion

L’Union européenne signe deux nouveaux accords commerciaux

Manuel Marchal / 1er juillet 2019

En l’espace d’un week-end, l’Union européenne a signé deux accords commerciaux avec le MERCOSUR et le Vietnam. Cela représente avec le MERCOSUR la création d’un marché de 780 millions de personnes. Dans les deux cas, les droits de douane seront baissés de plus de 90 %, et les importations de sucre de canne vers l’Europe sont aussi concernées par cette mesure, avec une exonération totale de taxe pour 24000 tonnes de sucre du Vietnam, dont 4000 tonnes de sucres spéciaux. Ces deux accords rappellent l’importance pour les Réunionnais de participer à ces négociations pour défendre leurs intérêts, et la nécessité de s’organiser face aux conséquences de ces accords et l’idéologie qu’ils sous-tendent.

JPEG - 51.7 ko
L’accord entre l’Europe et le MERCOSUR prévoit un quota supplémentaire de 180000 tonnes de sucre de canne venant d’Amérique du Sud sur le marché européen.

En marge du G20 à Osaka, l’Union européenne et le MERCOSUR ont signé samedi un accord de libre-échange intercontinental. Il réduit de 92 % les taxes à l’importation au sein d’un marché de 780 millions d’habitants, représentant 25 % du PIB mondial. Il doit permettre aux sociétés européennes d’économiser 4 milliards d’euros de droit de douane, 4 fois plus qu’avec l’accord avec le Japon.
La Commission européenne explique que les échanges portent sur 88 milliards d’euros de biens, et 34 milliards d’euros de services. Si pour les échanges de biens, la balance commerciale est presque équilibrée (45 milliards d’exportation de l’UE vers le MERCOSUR pour 43 milliards d’importation), elle penche nettement en faveur des Européens sur le plan des services, avec 22 milliards d’exportation contre 11 milliard d’importation, indique Bruxelles.

180000 tonnes de sucre en plus

Selon France Infos qui a eu accès à des sources sur l’accord : « Le Mercosur va notamment pouvoir exporter vers l’Europe quelque 99 000 tonnes de viande bovine au taux préférentiel de 7,5%, ainsi qu’un quota supplémentaire de 180 000 tonnes pour le sucre et un autre de 100 000 tonnes pour les volailles ».
En échange, les pays du MERCOSUR consentent à des baisses drastiques de droits de douane sur les importations de produits manufacturés tels que les automobiles, les machines, la pharmacie, le textile, et des produits de l’industrie agroalimentaire tels que biscuits, chocolat, vin et d’autres alcool notamment.
Et de préciser que « pour entrer en vigueur, le texte devra être ratifié par chaque Etat de l’Union européenne. Dans ce contexte tendu, l’approbation du compromis par les 28 Etats membres, puis par le Parlement européen, semble donc très incertaine. S’il est ratifié, cet accord commercial deviendra l’un des plus importants du monde, avec un quart du PIB mondial concerné ».
Hier dimanche, c’est à Hanoï que le Vietnam et l’Union européenne ont signé également un accord de libre-échange et de protection des investissements. Ce traité prévoit la possibilité pour le Vietnam d’exporter sur le marché européen sans taxe 20.000 tonnes de sucre brut, et 400 tonnes de sucres spéciaux, rappelle le document que la Commission européenne avait soumis au pour approbation au Conseil de l’Europe le 17 octobre 2018.
Au-delà de ces quotas, le sucre importé du Vietnam sera taxé à 34 centimes le kilo pour le sucre de canne destiné à être raffiné, et à 42 centimes le kilo pour les autres sucres de canne.
Avant d’entrer en vigueur, cet accord devra être ratifié par le Parlement européen et par celui du Vietnam. Cet accord vise à éliminer les droits de douane sur 99 % du commerce entre l’UE et ce pays de 90 millions d’habitants. Les échanges s’élèvent actuellement à 50 milliards d’euros sur les biens, et 4 milliards sur les services.

La Réunion concernée

Ces deux accords commerciaux concernent La Réunion, car ils visent à faciliter l’écoulement sur le marché européen de produits concurrents à ceux de notre île, dont le sucre. En Europe, l’accord avec le MERCOSUR est vivement critiqué par les syndicats d’agriculteurs, ainsi que par des gouvernements. Ces détracteurs affirment que cet accord instaure une concurrence déloyale, avec des producteurs qui n’ont pas les mêmes normes sociales et environnementales. Ils sont peu convaincus du respect du volet social de l’accord par les Sud-Américains.
Celui avec le Vietnam permet l’importation sans taxe de 24000 tonnes de sucre de canne en Europe, et ne dresse pas une barrière insurmontable pour les exportations hors-quota du Vietnam vers l’Union européenne.
Dans ces deux cas, il est clair que les intérêts de la production réunionnaise n’ont pas été suffisamment pris en compte par les négociateurs de la Commission européenne. Et il s’avère pour l’accord avec le Vietnam que les chefs d’État et de gouvernement ont validé ce principe. Dans ces conditions, ce sera la perspective de voir arriver 150000 tonnes de sucre de canne supplémentaires en Europe qui est à craindre si l’accord Mercosur-UE est ratifié.
Ces faits amènent à deux conclusions.
La première est que la participation de Réunionnais aux négociations commerciales qui concernent des produits de notre île est indispensable pour défendre nos intérêts.
La seconde est la nécessité de s’organiser pour faire face aux conséquences de ces accords qui vont s’appliquer, et qui ne sont qu’une étape dans l’intégration de La Réunion dans un marché unique mondial au rythme des accords signés au nom des Réunionnais par l’Union européenne.
Ce contexte ne peut donc qu’accentuer les inquiétudes des victimes de la politique du gouvernement.

M.M.