Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Economie

Afrique australe : lutter contre la crise climatique pour soutenir l’économie

Perspectives économiques de l’Afrique australe 2023

mercredi 26 juillet 2023


En 2022, la croissance du PIB de notre région avait à peine atteint 2,7 %, un niveau bien inférieur aux moyennes mondiale et africaine de 3,4 % et 3,8 %. Dans le même temps, les besoins financiers pour l’action climatique en Afrique australe s’élevaient à 1 000 milliards de dollars, avec un besoin annuel de 90,3 milliards de dollars pour la période 2020-2030. Les flux annuels moyens de financement de l’action climatique vers l’Afrique australe s’élèvent à 6,2 milliards de dollars, soit à peine 6,9 % de ce qui est nécessaire.


La région de l’Afrique australe a connu un ralentissement de sa croissance économique au cours de l’année écoulée, alors que sa plus grande économie, l’Afrique du Sud, est confrontée à de multiples défis. Les troubles civils, la crise de l’électricité et les catastrophes naturelles ont contribué à assombrir les perspectives de la région, qui est à la traîne par rapport aux autres régions d’Afrique selon le nouveau rapport économique de la Banque africaine de développement.

Les Perspectives économiques de l’Afrique australe 2023, lancées lundi 24 juillet, analysent les tendances et les développements économiques récents en Afrique australe. Conformément au thème des perspectives annuelles de cette année, « Mobiliser le financement du secteur privé pour le climat et la croissance verte en Afrique », le rapport explore également le rôle potentiel du secteur privé dans le financement des ambitions de la région en matière d’action climatique et de croissance verte.

Besoin annuel de 90 milliards de dollars

Les besoins annuels de l’Afrique australe en matière d’action climatique, qui s’élèvent à 90 milliards de dollars, offrent un potentiel d’investissement
Citant le rapport, Kevin Urama, économiste en chef et vice-président de la Banque africaine de développement, a indiqué que les besoins financiers pour l’action climatique en Afrique australe s’élevaient à 1 000 milliards de dollars, avec un besoin annuel de 90,3 milliards de dollars pour la période 2020-2030. Les flux annuels moyens de financement de l’action climatique vers l’Afrique australe s’élèvent à 6,2 milliards de dollars, soit à peine 6,9 % de ce qui est nécessaire. En outre, l’Afrique australe a reçu les flux financiers les plus faibles au regard de ses besoins financiers, par rapport à d’autres régions africaines.
La plupart des pays d’Afrique australe reçoivent des financements pour des projets d’atténuation plutôt que pour des investissements dans l’adaptation, alors que c’est le principal besoin. Cela souligne l’urgence de trouver de nouveaux moyens de mobiliser des financements pour relever les défis du développement de l’Afrique, a déclaré M. Urama.
« Nous estimons que le continent aura besoin d’environ 235 à 250 milliards de dollars par an d’ici 2030 pour répondre aux besoins d’investissement nécessaires dans le cadre des contributions déterminées au niveau national. Cela représente donc pour l’Afrique, le secteur privé africain et le secteur privé mondial une opportunité d’investissement de 213,4 milliards de dollars par an, rien que pour lutter contre les changements climatiques », a-t-il déclaré.

Problèmes politiques en Afrique du Sud, crise climatique et guerre en Ukraine

En 2022, la croissance du PIB de la région de l’Afrique australe avait à peine atteint 2,7 %, un niveau bien inférieur aux moyennes mondiale et africaine de 3,4 % et 3,8 %.
Le ralentissement constaté en Afrique du Sud est également observé dans d’autres pays de la région, tels que le Zimbabwe, la Zambie, le Malawi, Madagascar et São Tomé-et-Príncipe, qui ont eux aussi été confrontés à des phénomènes météorologiques extrêmes, indique le rapport.
La croissance dans la région devrait encore ralentir en 2023 pour atteindre 1,6 %, avant de connaître une légère amélioration — 2,7 % — en 2024. Le fardeau de la dette extérieure, qui devrait demeurer à un niveau élevé dans l’ensemble de la région d’Afrique australe, exerce une pression supplémentaire sur l’environnement. En 2022, elle se situait à 48 %.
Le rapport attribue la faiblesse des performances régionales aux « problèmes politiques et structurels persistants en Afrique du Sud, qui pèsent sur la croissance régionale, et à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui continue d’exercer une pression sur les prix de l’énergie et des denrées alimentaires. »
Le rapport note également que la baisse de la croissance du revenu par habitant dans la plupart des pays d’Afrique australe constitue une menace pour le taux de croissance nécessaire à la réduction de la pauvreté, tandis que l’atonie de la croissance pèse sur l’emploi des jeunes. Le chômage est décrit comme « l’un des plus grands défis de la région ».


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus