Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Economie

Allocation de rentrée scolaire : plus de 50 millions d’euros de l’égalité sociale bienvenus pour les braderies commerciales

Une conquête de l’égalité sociale résultat de la démission des députés communistes Paul Vergès et Elie Hoarau contribue fortement à l’activité économique

lundi 8 août 2022, par Manuel Marchal


Si l’allocation de rentrée scolaire est versée à La Réunion dans les mêmes conditions qu’en France, c’est la conséquence de plusieurs décennies de bataille pour le respect de l’égalité sociale. Le point d’orgue de la lutte fut la démission de Paul Vergès et d’Elie Hoarau de l’Assemblée nationale pour protester contre une loi inscrivant dans le marbre le statut d’inférieur imposé aux Réunionnais et impulser sur le terrain l’élan décisif pour gagner. Exemple du résultat de cette lutte : plus de 50 millions d’euros versées aux familles réunionnaises au titre de l’allocation de rentrée scolaire qui vont contribuer à l’activité économique, notamment au succès des braderies commerciales où les Réunionnais seront nombreux à acheter des fournitures scolaires.


La démission des députés Paul Vergès et Elie Hoarau a été l’élément décisif d’une bataille qui permet aujourd’hui aux Réunionnais de bénéficier de l’égalité des prestations sociales.

Selon les données de la Caisse d’allocations familiales de La Réunion, près de 80000 familles réunionnaises avaient bénéficié en 2021 de l’Allocation de rentrée scolaire (ARS). Elle a concerné plus de 130000 enfants scolarisés. Le montant global de l’aide versée aux familles s’élevait l’an dernier à environ 50,5 millions d’euros. Cette année, le montant de l’ARS est revalorisé de 4 % pour atténuer en partie l’inflation. Globalement, les familles réunionnaises concernées percevront donc plus de 50 millions d’euros.

La démission pour obtenir le respect de l’égalité

Le versement de l’Allocation de rentrée scolaire selon les mêmes critères et les mêmes montants qu’en France n’allait pas de soi. Ce fut le résultat d’une bataille de plusieurs décennies qui connut son point d’orgue en 1987. A ce moment-là, les Réunionnais étaient toujours traités en inférieurs : le SMIC était plus bas qu’en France, ainsi que les prestations sociales notamment. En 1987, le gouvernement fit voter une loi-programme qui consacrait cette discrimination : les Réunionnais étaient légalement des inférieurs.
Pour protester contre cette injustice et donner une impulsion décisive à la bataille pour la conquête de l’égalité sociale inscrite dans la loi du 19 mars 1946, les deux premiers députés du PCR prirent une décision sans précédent. Au bout d’à peine un an de mandat à l’Assemblée nationale, Paul Vergès et Elie Hoarau remirent leur démission au président de cette institution. Cette décision fut suivie d’une grande campagne de conscientisation menée sur le terrain par les deux ex-députés.
Elle aboutit à l’inscription de l’égalité sociale dans le programme de François Mitterrand, candidat à sa réélection à la présidence de la République en 1988. A La Réunion, le vote Mitterrand triompha. Reconduit à l’Élysée, François Mitterrand lança l’application de la mesure communiste. Cela se poursuivit sous le mandat de son successeur, Jacques Chirac, avec l’égalité du SMIC et du RMI.
Du jour au lendemain, ce furent des milliards qui bénéficièrent directement aux plus démunis : la loi du 19 mars 1946 était enfin appliquée.

50 millions pour l’ARS : un travail communiste

Les plus de 50 millions d’euros versées aux familles réunionnaises sont donc le résultat de cette lutte. Et ils contribuent fortement à l’activité économique de notre pays avec une première application concrète : les braderies commerciales.
Ces foires sont en effet stratégiquement situées dans le temps entre le versement de l’ARS et la rentrée scolaire. De nombreux Réunionnais fréquentent donc les allées des forains pour dénicher la bonne affaire dans la perspective des achats indispensables pour équiper leurs enfants. L’école n’est pas gratuite, il faut payer de nombreuses fournitures, sans compter l’habillement.
Sans ces plus de 50 millions, il est clair que les braderies commerciales ne pourraient afficher le même bilan financier.
Ces plus de 50 millions d’euros versés directement aux Réunionnais rappellent qu’un député dispose d’un moyen d’action considérable pour faire avancer la cause de son peuple. Face à une situation bloquée sur le plan parlementaire, il est possible de faire sauter le verrou en sortant de ce cadre pour que la masse crée le rapport de force nécessaire pour améliorer la situation.
Paul Vergès et Elie Hoarau ont été exemplaires sur ce point, ils ont agi comme des députés de La Réunion faisant passer la cause du peuple réunionnais avant toute autre considération.

M.M.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus