Economie

Alternative à la fermeture des marchés forains : espaces de vente directe proposés par la commune de Sainte-Suzanne

Permettre aux producteurs de Sainte-Suzanne d’écouler leurs produits et limiter la propagation du COVID-19

Manuel Marchal / 26 mars 2020

JPEG - 82.1 ko

La décision du gouvernement de fermer les marchés forains mais de laisser aux maires l’initiative de déroger à cette règle amène à imaginer de nouvelles solutions pour écouler la production des agriculteurs vers une population qui a besoin de fruits et légumes.

A Sainte-Suzanne, la proposition privilégiée est d’espacer géographiquement et dans le temps les espaces de vente. Ainsi, la commune souhaite délivrer des autorisations d’occupation temporaire du domaine public pour des producteurs de Sainte-Suzanne afin qu’ils puissent vendre dans leur quartier. Il appartient alors aux agriculteurs de s’organiser pour proposer un roulement pour chaque espace de vente qui sera installé dans chaque quartier.

Cette proposition permettra également aux clients des marchés forains de trouver des produits directement dans leur quartier, ce qui leur évitera de se déplacer en dehors de leur environnement proche. Cette disposition vise donc également à limiter la propagation du coronavirus.

M.M.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Belle initiative de proposer aux producteurs d’écouler directement leur stock. D’autres communes ayant des infrastructures permettant de conserver les inter-distances entre les consommateurs et les vendeurs, doivent également suivre l’exemple de Sainte-Suzanne. Je pense notamment à Bras Panon où la mairie pourrai mettre le champ de foire à la disposition des producteurs . En effet, cette structure abrite des boxes suffisamment éloignés et équipés de point d’eau : donc la sécurité de tous peut-être préservée et les vendeurs pourront régulièrement se laver les mains. D’autre part, si la marchandise est en vente directement du producteur au consommateur et que les intermédiaires sont mis sur la touche, la spéculation doit être limitée. Si le consommateur consent à faire des efforts en étant solidaire avec les producteurs locaux, ces derniers doivent également s’engager à vendre au juste prix. Il faut produire pour nourrir la population et non spéculer à outrance. Ce n’est que de la sorte que la confiance sera restaurée afin de prendre la direction d’une autonomie alimentaire et tout le monde sera gagnant.

    Article
    Un message, un commentaire ?