L’État doit tenir ses engagements

Mobilisation de la CGPER pour le paiement des aides PAC

15 juin, par Manuel Marchal

La CGPER organisait hier une mobilisation devant la DAAF de Saint-Pierre. Alors que le Premier ministre s’était engagé à faire verser l’intégralité des aides PAC avant le 15 mars, 1000 agriculteurs sur les 1100 concernés n’ont toujours rien reçu à La Réunion. Le service de l’État a annoncé un versement d’ici 10 jours.

Le versement des aides PAC ont plusieurs mois de retard. « Cette situation ne peut plus durer. Elle devient intenable sur le plan économique comme sur le plan moral », soulignait un communiqué en date du 10 juin du président de la CGPER, Jean-Michel Moutama. En effet, ces aides représentent jusqu’à 30 % du revenu. Elles sont versées pour compenser la perte de revenu causée par l’ouverture du marché par l’Europe aux produits à bas coûts.
Le Premier ministre s’était engagé à solder la dette de l’État avant le 15 mars. Trois mois plus tard, 1000 des 1100 agriculteurs concernés par ces aides PAC n’ont toujours rien reçu. « À défaut de paiement de ces aides dans les plus brefs délais, nous nous trouverons contraints d’engager les actions appropriées, pour obtenir le versement de ces aides et l’indemnisation des préjudices subis par les agriculteurs », indiquait le communiqué.
Hier, la CGPER est passée à l’action. La mobilisation s’est déroulée devant le siège de la Direction de l’agriculture à Saint-Pierre.
La discussion avec les représentants de ce service de l’État a donné le résultat suivant : engagement à verser les aides PAC d’ici 10 jours.
Les agriculteurs restent vigilants. Dans son communiqué, la CGPER n’excluait pas une action en justice pour s’assurer que l’État paie ce qu’il doit aux agriculteurs.

M.M.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?