Des difficultés de trésorerie pour les agriculteurs à cause des pouvoirs publics

« Retards de paiement des aides PAC 2023 : le gouvernement n’honore pas ses engagements »

19 avril

Un communiqué commun de la CGPER et de la Confédération paysanne alerte sur le retard dans le versement des aides PAC 2023 ainsi que sur les conséquences dramatiques que ce retard entraîne pour les agriculteurs réunionnais.

En pleine crise agricole et alors que les déclaration PAC 2024 sont ouvertes, le gouvernement ne parvient pas à assurer les paiements des aides PAC 2023.
De nouveau, la Confédération paysanne et la CGPER dénoncent ces retards de versement, que ce soit pour les MAEC (mesures agro-environnementales et climatiques), la CAB (conversion à l’agriculture biologique), les aides à l’élevage.
A La Réunion, de nombreux agriculteurs sont en attente du versement de leurs aides, retard générant souvent de grandes difficultés de trésorerie.
Que ce soit dû à des problèmes de logiciel, des manques d’anticipation budgétaire, une surcharge de travail des agents des services de l’État, ce n’est pas nos agriculteurs de subir les conséquences de cette gestion défaillante de la PAC.
Manifestement, les mesures de simplification et d’accélération ne concernent pas toutes les aides. Ces paiements sont pourtant essentiels pour les exploitations , et tout particulièrement celles engagées en agriculture biologique, dans la transition agro-écologique, le maintien des haies, l’élevage ...
Des incertitudes sur l’enveloppe budgétaire de ces mêmes aides persistent pour la campagne 2024, pourtant ces mesures doivent absolument être reconduites partout et accessibles à toutes les exploitations qui s’engagent dans la transition.
Ces conditions de gestion des aides de la PAC conduisent, d’une part, à des difficultés de trésorerie et, d’autre part, envoient des signaux négatifs sur l’accompagnement dans la durée aux agriculteurs qui s’engagent à faire face aux problèmes environnementaux et climatiques.
La Confédération paysanne interpelle le gouvernement pour que les paiements soient réalisés dans les jours à venir et, dans le cas contraire, pour permettre à tous ces agriculteurs l’accès à des facilités de trésorerie dont les intérêts soient pris en charge.

A la Une de l’actu

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?