Economie

Bilan Africa Code Week 2019 : 3,85 millions de jeunes Africains initiés à la programmation informatique

Plusieurs pays africains commencent à intégrer l’apprentissage de l’informatique à leurs programmes scolaires

Témoignages.re / 25 juin 2020

Africa Code Week (ACW) 2019 a une fois de plus dépassé toutes les attentes en permettant à plus de 3,85 millions de jeunes Africains dans 37 pays de s’initier à la programmation informatique. Le fait que plusieurs pays africains aient commencé à intégrer cette dernière à leurs programmes scolaires constitue l’un des autres faits marquants de cette cinquième édition. Cette tendance en dit long sur l’influence croissante des initiatives comme ACW sur la préparation des jeunes aux enjeux de la Quatrième révolution industrielle.

JPEG - 88 ko

« En étant des millions à relever le défi de l’apprentissage des compétences numériques, l’extraordinaire jeunesse africaine vient de prendre position pour revendiquer la place qui lui revient au sein de l’économie mondiale, » explique Frédéric Alran, Directeur général de SAP Afrique Francophone. « Quant à l’écosystème Africa Code Week, il continue de s’agrandir en restant focalisé sur la formation des enseignants, créant ainsi une plateforme pédagogique durable pour bâtir l’avenir du continent, et dont les prochaines décennies ne manqueront pas de révéler les nombreux fruits. »

Transformer l’enseignement pour mieux préparer les jeunes à l’heure du numérique

Lancée en 2015 par SAP et l’UNESCO, Africa Code Week a pour but d’initier les jeunes de 8 à 16 ans à la programmation informatique dans une double optique de sensibilisation sociétale aux enjeux de l’éducation numérique et de renforcement des capacités pédagogiques.

Claire Gillissen-Duval, Directrice de la Responsabilité sociétale d’entreprise EMEA et de l’initiative Africa Code Week chez SAP, note que cette édition 2019 aura été marquée par une participation record du corps enseignant africain. « Avec nos partenaires et grâce à leur aide, nous avons été témoins de la mobilisation de 39 000 professeurs lors des ateliers du mois d’octobre, dont 17 500 rien qu’au Maroc. Au Nigeria, l’impact d’ACW s’est également étendu à d’autres Etats grâce à une collaboration étroite avec les gouvernements du Niger et du Taraba, où les enseignants ont pu accéder à la formation pour la première fois. Enfin, grâce à la Fondation DreamOval au Ghana, des jeunes en situation de handicap ont pu participer à des ateliers adaptés garantisant ainsi l’accès à l’éducation numérique pour tous. »
Francis Ahene-Affoh, SVP de la Fondation DreamOval explique que « l’apprentisage des compétences numériques permet également aux jeunes de développer leur créativité et de transformer leur façon de penser pour mieux répondre aux défis nationaux et internationaux qui se poseront à eux dans le monde de demain. Grâce à l’initiative Africa Code Week, nous avons de nouveaux outils d’éducation inclusive entre les mains, des outils puissants pour faire en sorte qu’aucun enfant ne soit laissé de côté. »

Plus de partenariats pour plus d’impact

Soutenue activement par l’UNESCO YouthMobile, Google, Irish Aid, le Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ), Jokkolabs ou encore le Camden Education Trust, ACW travaille étroitement avec les gouvernements africains, plus de 130 organisations locales et 120 ambassadeurs bénévoles répartis sur tout le continent.

S’associant de nouveau à SAP en 2019, Google a subventionné 55 organismes à but non lucratif (OBNL) spécialisés dans l’initiation des jeunes aux compétences numériques dans 18 pays africains. D’autres associations ont reçu une aide financière de BMZ (16 subventions dans 12 pays) et de l’UNESCO (15 subventions dans 8 pays) pour encourager et faciliter l’accès des filles aux activités ACW.
Selon Frédéric Alran, l’initiative aide la jeunesse africaine à se préparer à un avenir incertain. « En 2055, le continent africain comptera 455 millions de jeunes. Il revient aux acteurs clés des secteurs public et privé d’unir leurs forces dès aujourd’hui pour repenser radicalement la façon dont nous préparons ces jeunes à devenir des acteurs à part entière de l’économie numérique de demain. L’impact d’Africa Code Week sur le secteur de l’éducation en Afrique est un signe encourageant pour l’avenir du continent. »