Economie

CGPER : « Prix des aliments : tous les éleveurs doivent bénéficier de l’accord »

Témoignages.re / 3 septembre 2021

Suite à la hausse importante de l’aliment pour bétail et à l’accord signé entre l’Etat et des organisations de producteurs, la CGPER appelle à l’extension de l’accord à tous les éleveurs, y compris ceux qui ne sont pas adhérents à une coopérative.

JPEG - 111.6 ko

Les distributeurs d’alimentation animale ont décidé d’augmenter de 30 % les prix de toutes les graines. D’autres aliments sont concernés. En conséquence, les charges des éleveurs continuent d’augmenter. Difficile de répercuter cette hausse sur le consommateur sachant que près de 40 % des Réunionnais vivent sous le seuil de pauvreté. De plus, les éleveurs doivent aussi faire face à la concurrence des importations.

Un accord a été signé entre l’État, les coopératives et la Chambre d’agriculture. La CGPER constate que cette aide va constituer une bouffée d’oxygène bienvenue pour les éleveurs. Mais malheureusement, les producteurs indépendants sont exclus de ces mesures de soutien, car ils ne sont pas adhérents à une coopérative. Ces chefs d’entreprise pèsent pourtant financièrement autant que les adhérents des coopératives.

L’inégalité va encore se creuser entre la minorité qui est aidée et la majorité. L’augmentation des prix des aliments menace la survie de nombreux éleveurs qui alors n’achèteront plus à l’URCOOPA. Ce sera autant de clients en moins pour l’URCOOPA, et donc à terme le coût de fonctionnement de l’URCOOPA sera réparti entre moins d’éleveurs ce qui augmentera encore les prix.

La CGPER demande d’étendre le bénéfice de l’accord signé par l’État à tous les éleveurs. La CGPER rappelle que les indépendants sont au cœur du développement de la vente en circuit court, présentée comme une solution d’avenir pour la protection de l’environnement et l’emploi local. Ce circuit court a répondu présent lors du confinement l’an dernier dans des marchés de proximité. Les éleveurs indépendants sont des piliers des marchés forains. Ces chefs d’entreprise respectent les mêmes normes de production que ceux qui sont en organisation de producteurs. Ils ont donc droit au même soutien de la part des pouvoirs publics.