Economie

Coronavirus : les principaux défis à venir

Dernière analyse de l’Organisation internationale du Travail sur l’impact du COVID-19

Témoignages.re / 1er juillet 2020

Si les pays ont adopté des mesures politiques d’une ampleur et à un rythme sans précédent, l’Observatoire de l’Organisation internationale du Travail met en évidence certains défis majeurs qu’il convient de relever :

JPEG - 61.5 ko

Trouver le juste équilibre et le séquencement approprié entre les interventions sanitaires et économiques et entre les interventions sociales et politiques en vue de produire des résultats optimaux et durables sur le marché du travail.

Mettre en œuvre durablement des interventions politiques à l’échelle nécessaire lorsqu’il existe un risque de voir les ressources de plus en plus limitées.

Protéger et promouvoir les conditions des groupes vulnérables, défavorisés et particulièrement touchés pour faire en sorte que les marchés du travail soient plus justes et plus équitables.

Garantir la solidarité et le soutien internationaux, en particulier pour les pays émergents et en développement.

Renforcer le dialogue social et le respect des droits.
« Les décisions que nous prenons maintenant rejailliront sur les années à venir et au-delà de 2030. Bien que les pays se trouvent à des phases différentes de la pandémie et que beaucoup ait déjà été fait, il nous faut redoubler d’effort si nous voulons sortir de cette crise en meilleure forme que lorsqu’elle a commencé », a déclaré le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder.

« La semaine prochaine, l’OIT organise une réunion virtuelle de haut niveau, le Sommet mondial sur le COVID-19 et le monde du travail . J’espère que les gouvernements, les employeurs et les travailleurs saisiront cette occasion pour présenter et écouter des idées novatrices, débattre des enseignements tirés de la crise, et proposer des plans concrets pour œuvrer ensemble à la mise en œuvre d’une reprise riche en emplois, inclusive, équitable et durable. Nous devons tous relever le défi de construire un meilleur avenir du travail », a-t-il conclu.