Economie

Crise financière à la Chambre d’Agriculture

Résultat, autofinancement et fonds de roulement négatifs

Manuel Marchal / 9 mars 2021

La Chambre d’Agriculture doit voter aujourd’hui son compte de résultat définitif pour 2020. Les chiffres traduisent une véritable crise financière de l’institution. Cette situation va-t-elle perdurer ?

JPEG - 56.4 ko
Un aperçu de ce qui est présenté au vote des élus.

Pour 2020, la Région Réunion avait voté un budget en baisse de plus de près de 250 millions d’euros, avec des dépenses de fonctionnement supérieures à l’investissement. Aujourd’hui, c’est au tour d’une autre institution d’être dans l’oeil du cyclone.
Le vote du compte de résultat 2020 est à l’ordre du jour ce mardi de l’assemblée plénière de la Chambre d’Agriculture. Cela fait un an que notre île est confrontée à une crise sanitaire qui a des répercussions économiques. Mais cela est sans doute loin d’expliquer la situation financière alarmante de l’institution consulaire.
Alors qu’en 2020, la Chambre verte a dépensé près de 10,9 millions d’euros, elle n’a pu obtenir que 10,35 millions de recettes. Il manque exactement 546.755 euros pour arriver à l’équilibre. Il est donc proposé aux élus de valider cette perte.
La capacité d’autofinancement de l’institution est négative, et frôle -500.000 euros.
Concernant les investissements, une somme proche de 270.000 euros est inscrite, alors que la seule recette d’investissement est une subvention de l’État de 78.160 euros. Pour compenser l’insuffisance d’autofinancement et aussi de recettes pour l’investissement, il est prévu de ponctionner 681.120 euros dans le fonds de roulement. Or, la situation de ce dernier est alarmante.
Car sans compter la ponction de 681.120 euros, le fonds de roulement est déjà négatif : -281.950 euros alors que le montant voté en septembre dernier était positif de 366.810 euros.
Avec une telle situation, la Chambre d’Agriculture déclare une trésorerie de 1 million 44.000 euros.

L’État interpellé

Jean-Michel Moutama, président de la CGPER, s’interroge : « comment avec autant de chiffres dans le rouge et un fonds de roulement négatif, est-il possible d’avoir une trésorerie excédentaire ? D’où vient ce million d’euros ? Quelle entreprise agricole peut présenter un tel bilan financier. Si la Chambre d’Agriculture était une société, quelle banque prendrait le risque de s’engager à ses côtés avec des chiffres pareils ? Comment peut-on voter un tel budget ? L’État ne peut rester inactif. » Et le président de la CGPER de préciser : « nous avons laissé la majorité travailler sereinement pendant 2 ans, de grosses économies devaient être et on constate que 82 % du budget sert à payer le personnel, comment peut-on encore se permettre d’embaucher à la Chambre d’Agriculture, l’Etat cautionne-t-il tout cela ? »

Rappelons que l’agriculture réunionnaise doit faire face à d’importants chantiers, avec notamment la négociation de la prochaine Convention canne, et la volonté de l’État d’aller vers un autre modèle agricole à La Réunion. Ce qui rend d’autant plus urgent la nécessité d’agir pour redresser la situation.

M.M.