Economie

Emploi des cadres à La Réunion : les femmes plus diplômées mais minoritaires dans l’encadrement

59 % des diplômés et 38 % des postes à forte responsabilité

Témoignages.re / 7 novembre 2020

L’INSEE a présenté hier le résultat d’une étude sur l’emploi des natifs de La Réunion dans notre île. Elle indique que bien que les femmes soient majoritaires parmi les diplômés du bac et supérieur, « elles accèdent nettement moins souvent que les hommes aux emplois les plus qualifiés : 38 % des natifs et natives occupant des postes à fortes responsabilités sont des femmes ». Conséquence : des salaires moins élevés.

JPEG - 92.2 ko

« À La Réunion comme ailleurs, les femmes accèdent davantage au statut de cadre que par le passé. Plus de 6 300 femmes nées sur l’île y occupent un emploi de cadre en 2016, contre 1 200 en 1990. Parmi les cadres né·es et travaillant sur l’île, 44 % sont des femmes contre 33 % en 1990.

Cette progression est cohérente avec le fait que les natives sont depuis longtemps majoritaires parmi les plus diplômé·es. En 1990, elles représentaient déjà 53 % de l’ensemble des personnes nées et résidant à La Réunion avec un diplôme supérieur au bac, et 59 % en 2016. Elles restent même majoritaires parmi les diplômé·es d’un master et au-delà (55 %). Pour autant, elles accèdent nettement moins souvent que les hommes aux emplois les plus qualifiés : 38 % des natifs et natives occupant des postes à fortes responsabilités sont des femmes.

À La Réunion, plus de la moitié des professeur·es né·es et travaillant sur l’île sont des femmes en 2016, notamment des professeures des écoles. Sur les autres postes de la fonction publique, elles restent minoritaires parmi les cadres mais la progression est forte depuis 1990 : 45 % de femmes parmi les natifs et natives, contre 26 % en 1990. Le constat est le même au sein des professions libérales.

En entreprise, l’intégration des natives est contrastée, mais progresse partout. Si la parité est observée parmi les cadres administratif·ives et commerciaux·ales, en revanche seulement 25 % des chef·fes d’entreprise et 19 % des cadres techniques né·es à La Réunion sont des natives. »