Economie

En 2020, le flux d’IDE a diminué de 80 % en Europe

Chute considérable des investissements directs étrangers dans le Vieux Continent

Ary Yée Chong Tchi Kan / 15 juillet 2021

Pendant que la Chine constate une augmentation de 27 % des investissements directs étrangers par rapport à l’année dernière, cette valeur a baissé de 80 % durant la même période en Europe.

JPEG - 120.5 ko

Le 14 juillet 2021, le ministère du Commerce en Chine a donné des informations sur les investissements directs étrangers. Pour le premier semestre, il se monte à 90,96 milliards de dollars. Il est en augmentation de 27,1 % par rapport à la même période en 2019 et 28,7 % en glissement annuel. Quelques remarques.

1- A ce rythme, en 2021, l’économie chinoise va attirer près de 200 milliards du flux mondial. L’an dernier, en pleine pandémie, le volume n’avait pas diminué, elle se montait à 163 milliards.

2- La Chine sera la principale bénéficiaire du flux d’IDE mondial alors qu’en 2003, elle n’attirait que 53 milliards de dollars. Cela veut dire qu’en moins de 2 décennies, elle est devenue une destination sécurisée pour des investisseurs extérieurs.

3- Il n’y a pas que la Chine. Selon la CNUCED, en 2020, les pays de l’Asie de l’Est ont accueilli la moitié du flux mondial. Il n’y a donc pas de fatalité quand les flux d’IDE vers l’Europe diminuent de 80 % durant la pandémie ; c’est le constat d’une nouvelle réalité. En 2020, globalement le volume d’IDE dans le monde a chuté de 42 %. C’est 30 % en dessous du « creux atteint lors de la crise financière mondiale de 2009 », selon une agence onusienne.

4- La nouvelle réalité va s’accentuer après la signature de la RCEP le 15 novembre 2020, en pleine pandémie. Objectif : en moins de 20 ans, un marché de 2 milliards de consommateurs (dont 1,4 milliard en Chine) va bénéficier de suppressions douanières sur 90 % des produits.

5- Faut-il toujours s’en prendre à la Chine alors qu’on se refuse à faire une analyse globale, à l’occasion du centenaire du Parti communiste Chinois ? Le RCEP est un projet des 10 pays de l’ASEAN, mais qui a été élargi à la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Les discussions ont commencé depuis 2012.

6- L’Occident, mené par les États-Unis, avait monté un autre projet dont l’objectif visait à isoler la Chine. C’est Trump qui a mis fin à ce traité de libre échange Trans-pacifique. C’est la présidence vietnamienne de l’ASEAN qui a conclu l’accord et qui en sera l’un des plus importants bénéficiaires. Ce pays est dirigé par le Parti communiste Vietnamien ; il n’a que 35 000 cas COVID ainsi que 132 morts pour 100 millions d’habitants. Il n’y a pas de fatalité au déclin de l’Occident.

Ary Yee Chong Tchi Kan