Economie

Grossistes à La Réunion : illustration d’un système verrouillé

Etude sur la distribution présentée à l’Observatoire des prix des revenus et des marges

Témoignages.re / 12 juin 2019

L’étude demandée par l’Observatoire des prix des revenus et des marges sur la distribution à La Réunion, et présentée vendredi dernier, a constaté que les commerçants indépendants ont le choix entre deux grossistes. Mais ces fournisseurs pratiquent des prix plus élevés que ceux pratiqués dans les grandes surfaces, ce qui oblige les commerçants à se ravitailler dans ces grandes surfaces. Dans ces conditions, les prix de vente dans ces commerces de proximité ne peut qu’être encore plus chers que ceux déjà trop élevés des produits disponibles en grandes surfaces. Voici des extraits de cette étude à ce sujet, avec des inter-titres de Témoignages.

JPEG - 65.8 ko
Les commerçants indépendants se ravitaillent dans les grandes surfaces car les prix y sont moins élevés que chez les deux grossistes implantés à La Réunion.

« Hormis quelques acteurs de très petite taille et bien souvent spécialisés sur le marché des CRH (cafés hôtels restaurants), il n’existe que 2 grossistes majeurs à La Réunion : les enseignes Supercash et Promocash. Ces deux grossistes sont contrôlés par deux acteurs majeurs de la distribution, pour le premier, par le groupe Vindemia (1ier groupe de distribution avec les enseignes Jumbo Score), pour le second, par le groupe Caillé, exploitant l’enseigne Leader Price, dont il convient de rappeler qu’ils partagent la même centrale d’achat, celle du groupe Casino. Une telle situation de concentration chez les mêmes acteurs du marché amont et aval, s’apparentant à un véritable verrou de marché, n’offre que peu de choix aux petits commerçants de proximité en termes d’approvisionnement compétitif et différentiant.

10 à 25 % plus cher

Les conditions accordées par les grossistes aux petits commerçants sont étonnement peu favorables voire défavorables au regard des tarifs promotionnels pratiqués par les grandes surfaces au client final, lesquels sont le plus souvent très inférieurs, de l’ordre de 15 à 30 %, au coup d’achat des mêmes produits proposés par lesdits grossistes et ce, y compris lorsque ces derniers les proposent en promotion.
De façon générale, ces deux grossistes, placés sous le contrôle de deux distributeurs majeurs, de surcroit partageant la même centrale d’achat, ne remplissent plus leur vocation de négociateur, vidé de tout sens et donc ne jouent plus leur rôle d’intermédiaire auprès des professionnels (petits commerçants, CRH) avec des tarifs de base pratiqués qui sont en moyenne de 10 à 25 % supérieurs au prix de vente de base de fond de rayon pratiqués par les grandes surfaces. De surcroit, ces acteurs n’accordent que très rarement des délais de paiement. (…)

2 grossistes et une centrale d’achat

Un marché des filières d’approvisionnement local ne comptant que 2 grossistes significatifs hormis les importateurs ou fournisseur locaux, lesquels sont limités à leurs gammes de produits, contrôlés par deux acteurs majeurs des grandes surfaces, partageant de surcroit la même centrale d’achat, ne jouant donc plus leur rôle auprès des commerçants indépendants, lesquels trouvent de meilleures conditions d’achat dans les rayons des hypermarchés multipliant les promotions. »