Economie

Hausse de la taxe décidée par la Région Réunion : augmentation du gazole et du sans-plomb

7 centimes de plus par litre pour le carburant le plus utilisé à La Réunion

Témoignages.re / 30 décembre 2017

Les prix de vente maximum des hydrocarbures à La Réunion à compter du 1er janvier 2018 sont en hausse générale à partir du 1er janvier. Rappelons que le prix maximum est le prix de vente observé dans les stations de distribution de carburants. Voici les explications données par la Préfecture.

JPEG - 72.5 ko
L’énergie est un des nombreux secteurs dont le contrôle échappe aux Réunionnais.

Sur la période de référence, on constate une évolution différenciée des cotations moyennes des carburants par rapport au mois précédent : à la baisse (- 0,53 %) pour le supercarburant, à la hausse pour le gazole (+ 1,98 %). Dans le même temps, le prix du brut (Brent de la mer du nord) est en faible hausse de 0,75 %.

En ce qui concerne le gaz, la cotation mensuelle du BUTANE s’établit à 570 $/TM (-1,72 %). Ce mois-ci, comme les mois précédents, la structure intègre une pondération des cotations BUTANE et PROPANE, afin de se rapprocher de la réalité des produits intrans, ainsi qu’une ligne détaillant les droits de douanes acquittés (à hauteur de 0,7 % de la valeur CAF en € du produit).

La moyenne des parités sur 15 jours ouvrés s’établit à 1,1814 $ pour un € pour le gaz comme pour les carburants. La hausse est faible : + 1,12 %.

Les prix à La Réunion

Pour les carburants routiers, la Taxe Spéciale de Consommation, dont les montants étaient inchangés depuis 15 années, est augmentée sur décision de l’Assemblée plénière du Conseil Régional du 14 décembre 2017. Pour les carburants de manière plus générale, la marge de détail est revalorisée de 1,34 % et s’établit à 12,1016 €/HL à compter du 1er janvier 2018.

Le sans plomb augmente de 3 centimes

La baisse (- 0,53 %) de la cotation à laquelle s’ajoute l’appréciation de l’euro (+ 1,12%) est à peine contredite par la très forte hausse du fret (+ 24,11 %). En définitive, le prix CAF baisse de 0,97 %. Le prix public augmente de 3 cts à 1,43 €/litre.

Le gazole en hausse de 7 centimes

La hausse de la cotation moyenne du gazole est faible (+ 1,98 %). Elle est accentuée par la hausse du fret, mais contredite par l’appréciation de l’euro face au dollar (+ 1,12 %) qui en jouant sur l’arrondi fait baisser le prix final de 1ct. La conjonction de ces paramètres induit une faible hausse du prix CAF de + 1,51 %. Le prix de vente augmente de 7 cts à 1,12 €/litre.

Le gaz plus cher de 16 centimes 

La cotation mensuelle (issue de la pondération) est en légère baisse (-1,29 %). L’appréciation de l’euro (+1,12 %) est responsable quant à elle de la baisse du prix de la bouteille à hauteur de 7 cts environ. Le contrat de fret est inchangé. Le prix final de la bouteille s’établit à 18,25 € contre 18,41 € le mois précédent.

En conséquence les prix des produits pétroliers et gaziers de La Réunion s’établissent de la façon suivante au 1er janvier 2018 :

Libellé du produitPrix au 1er janvier 2018
Supercarburant (€/litre) 1,43 
Gazole (€/litre) 1,12 
GNR (€/litre) 0,68
Pétrole Lampant (€/litre) 0,66
Supercarburant destiné aux professionnels de la mer (€/litre) 0,69
Gazole destiné aux professionnels de la mer (€/litre) 0,68
Gaz (€/bouteille de 12,5 kg) 18,25



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Pour financer les autoroutes, le gouvernement de l’époque avait demandé la contribution des automobilistes : payer le péage. La promesse était aussi de rendre gratuite l’accès de ces autoroutes dès que la dette fut remboursée. Quittetabouète, une partie de ces autoroutes ont été privatisées et l’accès restera payant. Ici, pour la nouvelle route littorale, promis juré, il n’y aura pas de péage....mais les Réunionnais sont conviés de payer plus de taxe, sans avoir la possibilité d’une alternance dans les moyens de transport, pas de métro, pas de tram. La population qui veut se déplacer sans attendre les 2000 bus promis par Didier Robert, doit passer à la pompe. Son pouvoir d’achat ne cesse de baisser, mais elle doit toujours payer plus...le comble : c’est surtout pour aller au travail, voire chercher du travail. Mais il y a deux sortes de consommateurs : ceux qui sont résignés et les râleurs. Malheureusement râler ne suffit pas. Il faut passer à l’action...et si on met la voiture de côté et on valorise la pratique du vélo. C’est bon bon pour notre santé, la protection de notre ile contre la pollution et cela fait du bien à notre pauvre portefeuille. Quittetabouète.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Pour être plus intelligent, il faut au plus vite, encourager les gens à rouler propre en vélo, utiliser ses pieds sachant que la grosse majorité des utilisateurs de voitures y sont seuls dedans, bonjour l’individualisme, roulent moins de 3 km ! Ils polluent plus que de raison avec une large majorité de moteurs diésels, qui crachent des micro particules cancérigènes pour nos poumons, ceux de nos enfants et, ce qui ne gâche rien, ont besoin de faire su sport, surtout en ces lendemains de fêtes, de remplissage d’estomacs à grand frais (15 Euros le Kg de letchis, des bichiques péi, il n’y en a presque plus, ils valent le prix de l’or...)
    L’idéal serait que le futur train TER-PEI puisse accepter, comme en métropole, avec la SNCF, gratuitement, le transport des vélos. des emplacements prévus à cette intention existent dans un des wagons voyageurs de la rame, on devrait dire "voiture". Ensuite, que les futures cabines des prochains téléphériques urbains (cinq à terme sur St Denis et celui qui reliera St Leu à Cilaos) les acceptent aussi pour remonter dans les hauts sans effort. Sachez pour finir qu’en Avril prochain, les réductions de prix pour l’achat d’un VAE (pour Vélo à Assistance Electrique)vont diminuer voire même disparaitre pour certain(e)s. Là, on ne comprend pas. D’un côté on encourage l’oubli de la voiture en allant même se faire rembourser des frais de déplacement s’ils sont faits en vélo et de l’autre, très bien et de l’autre, on supprime les aides à l’achat pour ceux, celles dont l’achat d’un modèle mécanique rebute face aux futures côtes à gravir, surtout ici sur une île montagneuse ! Bonne route et continuation, que les gens utilisent plus encore les transports collectifs et ou propres, personnels, en attendant l’arrivée des VELIB-PEI péi ! Cela fait déjà 10 ans, 11 cette année qu’ils existent à Paris puis plein d’autres grands villes, à quand leur arrivée ici enfi ? Les élus, osez ! Il en va de la propreté de la planète, il y a de quoi faire, ici, ailleurs, c’est sur . Arthur

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Energies brulées localement, venues d’ailleurs avec des frais d’importation puis, de pollution malheureusement. Très facilement oubliée pour ces tonnes de carburants liquide et solide non renouvelable de surcroit, alors que l’on pourrait exploiter les ressoucres de notre unique planète plus intelligemment, entre le solaire, la géothermie du sous-sol, les vents, les différences de températures entre la surface et les fonds océaniques, la bio masse, bref, si on veut, surtout ici, vraiment, on peut. Tout est là, pour le devenir de l’île de la Réunion qui ensuite, pourra donner l’exemple dans les îles d’à côté, qui elles aussi auront besoin de plus en plus d’énergie, démographie, nouvelles technologies obligent, recherche de confort, la robotique, les télécommunications.... Enfin, on verra bien le temps de réaction-décision-action des décideurs de tout poil. Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?