Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Cliquez et soutenez la candidature des Chagossiens au Prix Nobel de la Paix

Accueil > Economie

L’économie de l’Union européenne continue de ralentir

Important contraste avec le dynamisme des BRICS

mercredi 13 septembre 2023


L’Union européenne paie lourdement le choix de ses dirigeants de suivre l’OTAN dans sa volonté de s’étendre à l’Ukraine. Son économie continue de ralentir. Avec les sanctions prises contre la Russie, l’énergie n’est plus bon marché, cela se fait sentir dans tous les domaines.


La Commission européenne a présenté le 11 septembre les prévisions économiques de juin-juillet-août 2023.
L’économie de l’UE continue de croître, bien que plus lentement. Dans ces prévisions, la croissance de l’économie de l’UE est revue à la baisse et passe à 0,8 % en 2023, contre 1 % annoncé dans les prévisions du printemps, et à 1,4 % en 2024, contre 1,7 %. Il en va de même pour la croissance de la zone euro, qui s’affiche à 0,8 % en 2023 (contre 1,1 %) et à 1,3 % en 2024 (contre 1,6 %).
L’inflation devrait continuer de diminuer au cours de la période de prévision. Dans l’UE, l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) devrait désormais atteindre 6,5 % en 2023 (contre 6,7 % au printemps) et 3,2 % en 2024 (contre 3,1 %). Dans la zone euro, l’inflation devrait s’établir à 5,6 % en 2023 (contre 5,8 %) et à 2,9 % en 2024 (contre 2,8 %).

Ralentissement de la croissance

Les données les plus récentes confirment que l’activité économique dans l’UE a été modérée au cours du premier semestre de 2023 en raison des chocs considérables que l’UE a subis. La faiblesse de la demande intérieure, en particulier de la consommation, montre que les prix à la consommation élevés et toujours en hausse pour la plupart des biens et services pèsent plus lourdement qu’annoncé dans les prévisions du printemps.
La guerre en Ukraine et les tensions géopolitiques qui règnent plus largement restent source de risques et d’incertitudes. En outre, le resserrement de la politique monétaire pourrait peser plus lourdement que prévu sur l’activité économique, mais pourrait aussi entraîner une baisse plus rapide de l’inflation, ce qui permettrait de rétablir plus rapidement les revenus réels. En revanche, les tensions sur les prix pourraient persister.
L’augmentation des risques climatiques, illustrée par les conditions météorologiques extrêmes ainsi que les incendies de forêt et les inondations sans précédent de cet été, se fait également sentir dans les prévisions.


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus