Economie

L’éruption du Piton de la Fournaise rappelle le potentiel de la géothermie à La Réunion

Les coulées de lave sortent de la Terre depuis hier

Manuel Marchal / 4 avril 2018

Depuis hier, le Piton de la Fournaise est de nouveau entré en éruption. Les images spectaculaires ont été diffusées dans le monde. Elles donnent de La Réunion l’image d’une île touristique, avec des paysages si singuliers que la zone centrale du Parc national des Hauts a été inscrite au Patrimoine mondial par l’UNESCO. Mais au-delà du spectacle des coulées de lave, le volcan rappelle qu’il est pour les Réunionnais une source d’énergie inépuisable qui ne demande qu’à être exploitée.

JPEG - 61.5 ko

À l’heure où la lutte contre le changement climatique fait l’objet d’une prise de conscience générale au niveau des dirigeants du monde, et d’un rassemblement à La Réunion, l’éruption du Piton de la Fournaise vient de nouveau rappeler que le volcan est pour notre île une source d’énergie inépuisable, écologique et qui ne demande qu’à être exploitée.

Cette énergie est enfouie sous la terre. Et dès 1975, le PCR demandait à la valoriser. C’est ce que soulignait notamment cet extrait du Plan de survie publié cette année-là par le Parti communiste réunionnais :

« Nous voulons dans ce paragraphe montrer que d’autres sources d’énergie existent et qu’elles sont déjà exploitées dans divers pays. Il conviendrait d’installer dès maintenant à La Réunion une antenne du Centre national d’études spatiales pour la recherche et l’application immédiate de ces nouvelles sources d’énergie. Citons parmi les possibilités : (…)

L’énergie géothermique provient de l’utilisation de la chaleur des couches profondes de la terre. Son application est variée et d’autant plus intéressante que l’on est dans des régions volcaniques (c’est le cas de La Réunion).

Elle peut être utilisée, comme en Italie, en Nouvelle-Zélande… à fabriquer de l’électricité (plusieurs centaines de mégawatts) ou plus simplement à usage domestique comme en Islande ou dans la région parisienne. La Réunion présente à cet égard un immense champ d’investigations et d’applications évidentes ».

Il a façonné les îles

Arrivé à la présidence de la Région en 1998, Paul Vergès avait lancé le mot d’ordre d’autonomie énergétique de La Réunion pour 2025. Des outils avaient alors été mis en place comme l’ARER, l’Agence régionale de l’énergie Réunion, et le PRERURE, feuille de route du développement des énergies renouvelables dans notre île. Parmi ces dernières, la géothermie figurait en bonne place. En effet, grâce au volcan, notre île dispose d’une énergie propre en abondance. Ce dernier est le résultat d’un point chaud qui a façonné plusieurs régions de la Terre. Il est en effet à l’origine des Trapps du Deccan, un empilement de coulées de lave recouvrant en Inde une superficie équivalente à celle de la France, sur une hauteur pouvant dépasser deux kilomètres. Puis au fur et à mesure de la formation de l’océan Indien, le point chaud a créé les Maldives, les Chagos et les Mascareignes : Rodrigues, Maurice et La Réunion.

C’est donc une immense source d’énergie sous nos pieds. Le volcan issu du point chaud situé sous La Réunion est d’ailleurs un des plus actifs au monde, comme il vient de le rappeler depuis hier.

Energie constante et renouvelable

La géothermie est une source d’énergie qui est constante. Sa production est stable. Elle peut donc contribuer à remplacer à La Réunion le charbon, qui est une énergie fossile utilisée pour la production de base de l’électricité consommée dans notre île. Ce charbon est brûlé dans les centrales thermiques du Gol et de Bois Rouge, cela produit des gaz à effet de serre. De plus, le gouvernement veut fermer d’ici 2022 toutes les centrales thermiques à charbon et au fuel. Il faut donc accélérer la recherche d’alternatives à ces deux sources de pollution consommées en masse par Albioma et EDF.

Avant 2010, La Réunion était un exemple en termes d’utilisation des énergies renouvelables, et un projet de centrale géothermique située à la Plaine des Cafres était dans les cartons. Mais lors de la campagne des régionales de 2010, Didier Robert a utilisé à des fins électorales un mouvement d’opposants à cette centrale, au prétexte que la région du volcan allait être défigurée. Une telle affirmation ne résiste pas aux faits. En effet, il est possible d’accéder à la source d’énergie par un forage de biais. Ce dernier serait parti de la Plaine des Cafres pour aller sous la Plaine des Sables. Ainsi, aucune installation n’aurait été visible à la surface du bien du Patrimoine mondial. La seule atteinte au paysage eût été un forage exploratoire temporaire à la verticale de la ressource afin d’identifier son potentiel. L’espoir était une énergie suffisante pour produire 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 une puissance constante de 100 mégawatts pour produire de l’électricité. Mais outre l’arrêt du chantier du tram-train, une des premières décisions de Didier Robert a été de mettre fin à l’exploration du potentiel géothermique de La Réunion.

Bataille pour le climat

Le séjour actuel d’une délégation réunionnaise en Chine conduite par le président de Région rappelle que les idées justes finissent toujours par s’imposer. Didier Robert marche en effet dans les traces de Paul Vergès, qui avait signé voici 13 ans une convention avec la Mairie de Tianjin ce qui avait permis l’ouverture d’une antenne de La Réunion dans la 4e ville de Chine.

Aujourd’hui, la Région compte donc rouvrir cette antenne. Et elle veut aussi relancer les relations avec la Chine. Ce chantier avait donc été mis de côté depuis 2010, sinon pourquoi une telle opération ?

Ce qui se passe pour les relations avec la Chine pourrait très bien s’appliquer pour la géothermie. Quelle que soit la direction politique de la Région, le volcan continuera à produire de l’énergie. C’est un potentiel qui ne demande qu’à être valorisé. Souhaitons que là aussi, le projet initié par les communistes dans le Plan de survie et que Paul Vergès a commencé à mettre en œuvre puisse trouver une concrétisation. À l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique est devenue une base de rassemblement pour les collectivités à La Réunion, la géothermie doit donc être relancée.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bravo pour toutes ces infos qui rejoingnent, complètent celles que d’autres, pourvu qu’ils soient les plus nombreux possibles, dont je fais partie avaient proposé aussi. Sachons que cette énergie propre, renouvelable, ne nécessitant pas que l’on pollue déjà pour l’acheminer par navires jusqu’ici pour l’exploiter, existe effectivement déjà en Nouvelles-Zélande, au Japon, en Islande et je ne pense pas que ce soient des pays sous développés, sans souci de l’avenir de notre planète bleue, notre maison extaordinaire qui nous supporte dans les deux sens du terme. La France aussi l’emploi déjà comme en Auvergne, dans le Cantal par exemple pour chauffer les maisons (source du Par à 82°) et aussi pour la maison de la Radio depuis 1963, année de son inauguration, puis dans une des prisons parisiennes aussi. Hier soir, sur Arte, on a pu suivre l’émission "Théma", elle a été consacrée au plastiques que l’on retrouve de partout jusqu’aux pôles ! Artique, continent de plastiques ! Je vous invite à la revoir en allant sur le site "Arte.tv ". Un bon exercice aussi pour ceux, celles qui étudient la langue de Goethe, il y en a pas mal sur l’île de la Réunion depuis des dizaines d’années ! Si, si, merci et vives les énergies propores enfin, pour le train, TER PEI.

    Article
    Un message, un commentaire ?