Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Economie

La démission de l’administrateur représentant la CGPER au CTICS n’est pas à l’ordre du jour.

vendredi 28 octobre 2022


Le CTICS est un organisme reconnu par l’Etat, d’utilité publique et son rôle est de garantir la bonne fiabilité de leur procès. Bien que les administrateurs siégeant au CTICS représentent leur syndicat respectif, ce sont les personnes qui une fois nommées par leur syndicat, cette nomination est ensuite transmise à la DAAF et un arrêté ministériel est émis. Si l’administrateur veut démissionner du Conseil d’administration un courrier mentionnant sa démission doit être transmis au CTICS de manière nominative.


L’innovation technique au sein des laboratoires du CTICS doit être toujours présente et les administrateurs du CTICS doivent être tenus régulièrement informés des avancements proposés par les équipes techniques du CTICS.

Pour certains matériels utilisés actuellement, certains datent de 60 ans notamment des tracteurs échantillonneurs de secours, c’est évident qu’il faut faire évoluer ce matériel et bien évidemment ça peut faire l’objet d’âpres
discussions entre les planteurs et les industriels mais il faut bien retenir que c’est toujours dans l’intérêt de la filière.

En ce qui concerne le protocole de campagne, historiquement il y a toujours eu des désaccords. Il ne faut pas mélanger les sujets, mais trouver des consensus pour avancer avec l’ensemble des administrateurs comment faire évoluer les différents sujets débattus au sein de l’instance qu’est le CTICS ?

Les priorités du moment pour la CGPER :

  • Les planteurs ont signé conjointement une convention canne qui a pour objectif de redresser la filière canne sucre énergie.
  • Les agriculteurs sont inquiets avec la hausse des matières premières, l’engrais notamment qui a doublé voir triplé en terme de prix, la disparition des molécules herbicides sans aucune alternative et son augmentation.
  • L’enveloppe des 14 millions a été faite pour notamment soutenir la trésorerie des planteurs et nous apprenons aujourd’hui de l’Etat que ce qui avait été lors de cette convention, une revalorisation du revenu des planteurs grâce à l’Article 15 bis avec +11 €/t de canne pour les moins de 700 tonnes et 7.99€/tonne pour les tranches de 700 à 1200 tonne pour terminer +3.30€/tonne pour les tranches supérieures à 5000 tonnes.
  • Les engagements de l’Etat ne sont respectés, il nous annonce que tout est remis en question et que le paiement se fera à l’hectare (703€/ha) !!!! Ca va à l’encontre de la productivité !!!!

Nous ne sommes pas en France métropolitaine avec des grandes surfaces agricoles.

Il faut que tous les planteurs se mobilisent pour que l’Etat respecte ces engagements et surtout qu’il accompagne les planteurs sur des sujets tels que les herbicides avec la disparition des molécules.

Le plan de relance qui a été proposé par l’Etat n’a aucun effet sur nos exploitations !!!!!

Où va-t-on ?
Ne perdons pas le cap !!!!
ne nous dissipons pas !!!!
Unissons nous au contraire pour répondre aux problématiques du terrain.

Mettons tout en œuvre afin de terminer cette pire campagne que nous ayons connu, ce serait un comble que des cannes restent aux champs à la fin.

Jean Michel MOUTAMA
Président de la CGPER


Un message, un commentaire ?

signaler contenu

Plan


Facebook Twitter Linkedin Google plus