Economie

La dépendance au pétrole : illustration du néo-colonialisme

À quand l’autonomie énergétique ?

Manuel Marchal / 2 mars 2019

Depuis hier, les tarifs des carburants et du gaz sont en hausse. Cette évolution aura des répercussions sur les prix des autres marchandises. Tant que La Réunion n’atteindra pas l’autonomie énergétique, ce problème se reposera tous les mois car les Réunionnais n’ont aucun moyen pour peser sur les cours du pétrole, le prix du fret et la parité euro-dollar.

JPEG - 75.2 ko

Pour expliquer la hausse des prix maximum de vente des carburants et du gaz à compter du 1er mars, la préfecture avait publié la veille un communiqué précisant notamment ceci :

« Sur la période de référence, on constate une évolution des cotations moyennes des carburants orientée à la hausse par rapport au mois précédent : + 7,49 % pour le supercarburant, + 9,08 % pour le gazole. En ce qui concerne le gaz, la cotation mensuelle du BUTANE augmente à 470 $/TM.
La moyenne des parités sur 15 jours ouvrés s’établit à 1,1345 $ pour 1 € pour le gaz et à 1,1336 pour les carburants. Le prix du gaz est impacté à hauteur de + 4 cts, celui du SSP de + 1ct. Celui du gazole n’est pas influencé.
La hausse de la cotation (+ 7,49 %) est accentuée par une hausse du fret (+ 6,5 %) et subit l’influence de la baisse de la parité euro/dollar. En définitive, le prix CAF est en hausse à + 7,95 %. Le prix public est en hausse à 1,38 €/litre (+ 5cts).
La hausse de la cotation moyenne du gazole est plus importante que celle du SSP (+ 9,08 %). Comme pour le SSP, le fret est en hausse et la parité se dégrade. La conjonction de ces paramètres induit une hausse du prix CAF de + 9,82 %.
Le prix de vente se fixe à 1,12 €/litre (+ 5 cts).
La cotation mensuelle (issue de la pondération) est en hausse de 10,93 %. Elle impacte le prix de la bouteille à la baisse à hauteur de + 50 cts environ. L’euro chute face au dollar, la parité accentue la hausse de la bouteille à hauteur de 4 cts. Le contrat de fret est inchangé.
Le prix final de la bouteille s’établit en hausse à 16,81 € contre 16,27 € le mois précédent (+54 cts). »

Outre la part des intermédiaires, les prix sont donc influencés par trois facteurs : la cotation moyenne, le fret et la parité euro-dollar. La Réunion ne peut en rien peser sur cela. Les prix sont fixés ailleurs.

Dans notre île, toutes les marchandises sont transportées par des véhicules fonctionnant avec des carburants. Dans un système de prix libre, la hausse des charges des fournisseurs est bien souvent répercutée sur le dernier maillon de la chaîne : le consommateur. Ainsi, qu’il ait ou pas une automobile, il est concerné par la hausse des prix des carburants.

Cette dépendance à des décisions prises en dehors de La Réunion persistera tant que notre île n’atteindra pas l’autonomie énergétique. Ceci pose un grave problème de visibilité, et place le développement de l’île sous le contrôle de groupes extérieurs.
Atteindre l’autonomie énergétique suppose d’aller vers une autre politique. Il ne s’agit plus de faire la promotion du tout-automobile en lui consacrant l’essentiel des investissements, mais de transférer ces fonds publics vers la création de richesses à La Réunion, qui se traduiront en emplois. C’est le chemin de la rupture avec le néo-colonialisme.

M.M.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • C’est la géothermie, énergie locale, gratuite, inépuisable qu’il faut développer pour devenir à la fois indépendant et plus intélligent, sans oublier le soleil, c’est une énorme chance que la Réunion a, comme le Japon, la Nouvelle-Zélande, l’Islande.... Quel gachis en attendant de continuer à polluer ! polluer pour déjà importer essence, gas oil, gaz puis les bruler sur place,tout ça pour ce déplacer,chauffer de l’eau pour des marmites à riz, des cumulus d’eau chaude ! Scandaleux ne trouvez-vous pas ? Vivement le changement, il servira d’exemple pour les autres pays voisins ou pas. Le train en fait partie, un TER-PEI, électrique, propre, rapide, oson. Arthur/

    Article
    Un message, un commentaire ?