Economie

MHP : une SCOP pour sauver un savoir-faire unique à La Réunion

Des anciens salariés de Profilage ont repris leur outil de travail

Manuel Marchal / 21 juin 2018

Nouveau départ pour 10 anciens travailleurs d’Arcelor-Mittal Réunion : ils ont créé leur entreprise : Métallerie Huisserie Péi. C’est une SCOP où chacun a investi 25000 euros. Cela a permis de sauvegarder un savoir-faire unique à La Réunion, indispensable à la réhabilitation de logements sociaux. La production doit démarrer le 1er juillet, et une journée porte-ouverte est prévue le 6 juillet. Elus et bailleurs sociaux seront invités.

JPEG - 77 ko
Les travailleurs-associés prévoient de lancer la production le 1er juillet prochain. MHP organisera une journée porte-ouverte le 6 juillet prochain.

Depuis le début du mois, un bâtiment proche de l’entrée du Port-Est a un nouveau locataire. C’est là que se situe la coopérative créée par d’anciens travailleurs de Profilage, filiale d’Arcelor-Mittal à La Réunion. L’année dernière, cette entreprise avait lancé un plan de licenciements rendu possible par la loi El-Khomri. Profilage s’appuyait sur des difficultés passagères pour demander la mise au chômage de 40 personnes, alors que la société avait une trésorerie de plus de 2 millions d’euros. Pendant plusieurs mois, la lutte a permis de sauver 4 emplois, et d’obtenir des indemnités de licenciements bien plus importantes que ce que proposait initialement Arcelor-Mittal. Durant le conflit, les travailleurs ont également pensé à l’avenir. Car le plan de licenciements signifiait la fermeture de l’atelier huisserie détenteur d’un savoir-faire unique à La Réunion : un adaptateur pour monter une porte aux normes de sécurité actuelles dans un logement social à rénover.

JPEG - 80.9 ko
L’administration : Mme Semerle et M. Bertile.

Résultat de la lutte

Une fois le conflit social terminé, les travailleurs ont peaufiné leur projet. Aidés par la députée Huguette Bello qui leur a ouvert la porte des administrations, ils ont fait les démarches nécessaires pour la création d’une société coopérative.

Sans attendre le versement de subventions, ils se sont engagés et ont réussi à trouver début mai un local adapté à leur activité. Pour lancer la coopérative, ils ont chacun investi 25.000 euros et les associés sont payés au SMIC. Cette somme de départ est supérieure à la prime de 10.000 euros prévue dans le PSE en cas de création d’entreprise, mais elle a renforcé la crédibilité du business plan de la SCOP. M. Bertile, co-gérant, rappelle que 50.000 logements sociaux sont à rénover à La Réunion, c’est sur ce marché que se positionne la SCOP. Les travailleurs ont également choisi de diversifier l’activité. En plus des huisseries sur mesure, Menuiserie Huisserie Péi propose aussi des chéneaux sur mesure, des pannes sablières et des pliages divers.

JPEG - 64.5 ko
Les machines ont été cédées gratuitement par Profilage à la SCOP.

Ils ont également négocié avec Profilage le transfert des machines d’Arcelor-Mittal à la SCOP. Leur ancien patron leur a cédé gratuitement les outils de travail, ainsi que le stock de matière première et de produits finis de l’atelier huisserie. C’est un patrimoine estimé à 300.000 euros qui a été transporté aux frais de Profilage dans le local de MHP. Profilage s’est également engagé à verser 300 euros par mois pour chaque emploi créé pendant deux ans. Cela s’applique aux anciens travailleurs de la filiale d’Arcelor-Mittal embauchés dans la coopérative.

JPEG - 1.1 Mo
Un aperçu de la production de MHP.

Porte-ouverte le 6 juillet

Depuis le début du mois, tous s’affairent à adapter le local à leur activité. M. Bertile indique que la mise aux normes de sécurité et le câblage ont coûté 40.000 euros, les commandes pourront être honorées à partir du 1er juillet, indique-t-il.
Avec la matière première disponible, MHP peut déjà réaliser 5.000 adaptateurs, précise Pascal Lambes, co-gérant de la coopérative.
Les travailleurs vont produire les mêmes marchandises, mais dans un autre état d’esprit. Pascal Lambes rappelle qu’ils doivent désormais s’occuper de tous les aspects d’une entreprise.

Grâce à leur mobilisation, ces travailleurs ont réussi à maintenir à La Réunion un savoir-faire unique en reprenant eux-mêmes leur activité abandonnée par un grand groupe. Pour mieux faire connaître leur initiative, ils organisent le vendredi 6 juillet une journée porte-ouverte. Ils souhaitent convier les élus et les bailleurs sociaux. Ce sera l’occasion de mesurer le soutien des pouvoirs publics à des travailleurs réunionnais qui luttent pour que La Réunion produise.

M.M.