Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Economie

(Mise à jour) Le RCEP entre en vigueur le 1er janvier : la défaite des États-Unis

Accord de libre-échange entre l’ASEAN, la Chine, le Japon et l’Australie

vendredi 5 novembre 2021, par Ary Yée Chong Tchi Kan


Samedi 30 octobre, nous débattions de « la politique étrangère des États-Unis, aujourd’hui ». Après les événements en Afghanistan et l’épisode des sous-marins chippés à la France, c’était nécessaire de comprendre et de tout remettre en perspective. Et, de nous re-situer, en tant que PCR. Nous ne remercierons jamais assez nos 3 experts et les invités : ils ont assuré le succès de la Conférence.


L’introduction à cette conférence géopolitique a été publiée mardi 2 novembre, dans notre journal. Elle note un changement fondamental de la politique américaine. Nous posions alors la question suivante : « n’est-ce pas une prise de conscience d’avoir échoué qui alimente la honte du déclassement, l’expression du déclin de l’empire ? » On ne pensait pas si bien.

Le jour-même, l’Australie annonce la ratification du traité RCEP qui permet l’entrée en vigueur de la plus grande zone de libre échange le 1er janvier 2022. Le communiqué officiel a été publié le 3. Il nous a fallu relire 2 fois pour être sûr de l’info et rédiger à chaud l’article d’hier « le plus grand bloc de libre-échange voit le jour, sans les États Unis ». En effet, la ratification de l’Australie est le constat que c’est la réalité qui prime. La Chine avait signé en mars et le Japon en juin. Il suffisait la signature de la Nouvelle-Zélande.

Le cas de l’Australie

Mal en point après des propos agressifs contre la Chine, l’Australie sauve la face en se présentant à l’entrée du banquet, tirée par sa voisine Néo-Zélandaise. « Nos entreprises profiteront des avantages du RCEP dès le début de l’année prochaine », dit Phil Twyford, le ministre du Commerce et de la Croissance des exportations. Dans la journée, le ministre des Affaires étrangères australien, Marise Payne, a trouvé nécessaire de pondre un communiqué pour dire que « Le RCEP renforcera les relations commerciales de l’Australie avec l’ASEAN ». La Chine n’a pas besoin de publicité australienne : elle a le triomphe modeste.

Quand nous disons que c’est un mouvement historique, irréversible, c’est que les standards juridiques, techniques et réglementaires vont imposer leurs marques de fabrique au monde entier. Le RCEP va donner la direction qu’il faut prendre. L’accord porte sur les règles de marché, de la propriété intellectuelle, des investissements, du numérique, etc.

On peut prendre le pari que les entreprises américaines vont, à leur tour, frapper à la porte d’entrée, car leurs produits et services ne bénéficient pas des avantages fiscaux à l’entrée de la zone. Dans ce contexte nouveau, Biden, président d’un pays qui asphyxie des peuples et sèment le désordre partout, va-t-il continuer son opération de diversion prévue le 9 décembre ?



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus