Que signifie la Chine, premier exportateur d’automobiles ?

8 septembre 2023, par Ary Yée-Chong-Tchi-Kan

Le Salon International de l’Automobile d’Allemagne (IAA Mobility), un des plus importants salons du secteur, a ouvert ses portes, lundi, à Munich. L’information principale est que la Chine est devenue le plus grand exportateur d’automobiles au monde.

De janvier à juillet, elle a exporté 2,78 millions d’automobiles. Sur l’année 2023, elle devrait dépasser 5 millions d’unités. L’autre information est que les géants de l’automobile européens sont confrontés à la concurrence des entreprises chinoises et américaines. Pour le moment, Tesla d’Elon Musk, cartonne en tête, talonné par le Chinois BYD. Ces 2 nouveaux entrants ont dépassé les grandes renommées Volkswagen, BMW et Mercedes-Benz. Que retenir sur le plan politique ?

Quand le États-Unis poussent l’Union européenne à la guerre économique pour contrecarrer le développement de la Chine, c’est pour garder le leadership en la matière. En effet, sans sa méga-usine, à Shanghai, et ses ventes directes sur le marché Chinois, Tesla n’aurait jamais eu sa puissance actuelle. Les dirigeants politiques américains ne vont jamais demander à Tesla de quitter la Chine. Ils ne vont jamais interdire Tesla d’importer en Chine des puces électroniques pour équiper les fleurons de sa marque. Plus sérieusement, derrière toute l’agitation anti-chinoise, les dirigeants US veulent sécuriser les chaînes de production et maîtriser les réseaux de commercialisation. Ils y mettent les moyens.

Il y a un an, en août 2022, Biden publia l’IRA (Inflation Reduction Act). Il s’est assuré que les Européens étaient affaiblis dans une guerre totale contre la Russie pour leur porter l’estocade. Dans les faits, l’IRA est une arme financière de 370 milliards pour pomper l’économie et la technologie européennes. Un mois après, en septembre, comme par hasard, les gazoducs qui alimentaient l’Europe en gaz russe bon marché, même durant les pires moments de la guerre froide, ont explosé. Assurément une âme bienveillante voulait donner aux Européens un avantage concurrentiel et un bonheur indépassable ! Biden vient de transmettre ce doux message anniversaire : « je regrette de lui avoir donné ce nom parce qu’il s’agit moins d’inflation que de générer de la croissance économique ». Bruno Lemaire doit être heureux : en février 2023, il voulait lui aussi un « IRA européen »pour résister à l’IRA américain ! Trop tard.

Enfin, le Salon Automobile de Munich dévoile une autre réalité. La Chine est en pointe dans la recherche et développement des véhicules électriques. C’est la preuve que la guerre des puces électroniques livrée par les Américains visait surtout à affaiblir les concurrents périphériques, l’Union européenne, le Japon et Taïwan. Cette année encore, Washington a obtenu des Pays-Bas et du Japon qu’ils ne vendent plus leur technologie à la Chine. Le piège a bien fonctionné car la perte du marché chinois signe la fin de leur suprématie. La Chine s’apprête à lancer une chaîne complète de production de semi-conducteurs de la taille du nanomètre, utiles dans les technologies VEA (Voiture électrique Automate) et IA (Intelligence artificielle). A l’évidence, les politiciens américains détruisent leurs concurrents-amis, en pensant récupérer les talents et les contrats qui leur manquent beaucoup. Au salon de Munich, le patron de Renault déclare que 40 % des exposants sont chinois, 2 fois plus que l’année dernière. Cela signifie que la Chine gagne en quantité, en qualité et en crédibilité.

Ary Yee-Chong-Tchi-Kan

ChineMondialisation

Signaler un contenu

Un message, un commentaire ?