Economie

Réussite de l’apprentissage du code informatique dans les programmes scolaires en Afrique

Enseignement dès le primaire pour préparer l’avenir

Témoignages.re / 25 juin 2020

Depuis le lancement de l’initiative Africa Code Week en 2015, de nombreux pays tels le Cameroun, le Ghana, le Maroc ou encore la Tunisie ont franchi le cap de l’intégration des compétences numériques à leurs programmes scolaires respectifs.

JPEG - 149.4 ko

Pour M. Ahene-Affoh, les efforts entrepris par le gouvernement ghanéen pour faire du codage le quatrième pilier de l’éducation fondamentale ont pu aboutir, entre autres, grâce à ACW. « Ne sous-estimons pas l’impact de l’initiative sur nos jeunes ni sa façon de les encourager à penser autrement, c’est-à-dire comme des innovateurs, et à persévérer dans l’apprentissage. Au cours des cinq dernières années passées à promouvoir ACW au Ghana, nous avons pu inspirer et encourager de nombreux enfants, dès le primaire, à se préparer au marché du travail du XXIème siècle. »

Autre exemple de réussite : le Maroc, où les compétences numériques font désormais partie intégrante des programmes scolaires pour des millions d’élèves. « Grâce au rôle prépondérant joué par Africa Code Week, l’informatique est devenue à la fois une priorité pédagogique et une fête pour chaque école marocaine, » explique M. Saaïd Amzazi, Ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Maroc. « L’initiative contribue à déclencher la passion d’apprendre chez nos jeunes, et ce à une échelle sans précédent, tout en facilitant l’échange de bonnes pratiques entre Etats participants. »

Le Maroc occupe ainsi la première place du classement 2019 des 37 pays participants avec plus de 2,4 millions de jeunes bénéficiaires dont 48% de filles. Début octobre, le Ministère a par ailleurs accueilli 28 enseignantes provenant de 15 pays africains dans ses locaux de Rabat pour un atelier d’approfondissement pédagogique axé sur le partage de bonnes pratiques en matière de mentorat des filles, de formation professorale et d’accès à l’éducation numérique. Deuxième du classement, le Cameroun met en exergue, par la forte participation de ses jeunes et de son corps enseignant, les priorités du gouvernement en matière de renforcement des capacités pédagogiques.

Au total, 47% des participants à l’édition 2019 étaient des filles. « Véritable vecteur d’éducation équitable, Africa Code Week encourage les jeunes femmes à prendre leur place au sein de l’économie numérique, » explique Moez Chakchouk, Sous-Directeur général pour la Communication et l’information à l’UNESCO. « Dans la droite ligne de l’Objectif de développement durable 17, l’initiative montre comment les partenariats public-privé, à l’échelle locale comme mondiale, améliorent l’aide internationale aux programmes de renforcement des capacités pédagogiques, faisant même figure de modèle de réussite en la matière. »