Economie

Soutien des BRICS à une reprise centrée sur l’humain après le COVID-19

L’OIT salue la décision des représentants du moteur de la croissance économique mondiale

Témoignages.re / 17 juillet 2021

Adopté par les participants à la Conférence internationale du Travail au mois de juin, l’Appel mondial à l’action de l’OIT pour une reprise centrée sur l’humain après la crise du COVID-19 a été approuvé par les ministres du Travail et de l’Emploi des cinq pays des BRICS sous la présidence de l’Inde.

JPEG - 42.8 ko

Le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT), Guy Ryder, se réjouit du soutien exprimé par les ministres du Travail et de l’Emploi des BRICS – le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud – en faveur de l’Appel mondial à l’action pour une reprise centrée sur l’humain après la crise du COVID-19, qui a été adopté le mois dernier par la Conférence internationale du Travail.

Qualifiant la déclaration adoptée par les ministres de « démonstration concrète en faveur d’un engagement visant à réparer les dommages causés par la crise », M. Ryder souligne que « (cet Appel à l’action) définit un programme complet afin de veiller à ce que la reprise soit inclusive, durable et robuste, en se basant sur les Principes et droits fondamentaux au travail. Cette vision est capitale. Si nous ne nous attaquons pas aux inégalités qui ont augmenté pendant cette crise, il existe un véritable risque que ses conséquences sur le plan social et économique ne laissent des stigmates à long terme. »

L’Appel mondial à l’action pour une reprise centrée sur l’humain a été adopté à l’unanimité par les 181 États membres de l’OIT en juin 2021, lors de la Conférence internationale du Travail.

Publiée à l’issue de la réunion ministérielle virtuelle du 15 juillet 2021, la déclaration des ministres fait part de leur grande inquiétude face aux effets négatifs de la pandémie sur le chômage, sur les déficits en matière de travail décent et au niveau des inégalités, et affirme leur grande détermination à sortir de cette situation en allant vers des économies nationales plus fortes, des marchés du travail et des systèmes de protection sociale plus inclusifs.

Cette déclaration met en évidence quatre piliers essentiels sur lesquels doivent s’appuyer les réponses politiques à la pandémie en matière de travail et d’emploi ; promouvoir les accords en matière de sécurité sociale entre les pays des BRICS, la formalisation du marché du travail, la participation de la main d’œuvre féminine ainsi que le rôle des travailleurs des plateformes et de l’économie à la demande.