Economie

Stock-options : une contribution patronale adoptée

Témoignages.re / 6 novembre 2007

Les députés ont adopté un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2008, instaurant une contribution patronale de 2,5% sur l’attribution des stock-options.

Quand la situation l’exige et que l’injustice est trop criante, nos chers députés de la majorité votent une loi en trompe l’œil... Mais qui va rapporter à certains.
L’Assemblée nationale a adopté jeudi 25 octobre au matin un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2008 (PLFSS), instaurant une contribution patronale de 2,5% sur l’attribution des stock-options.
L’amendement présenté par le rapporteur du projet, le Député UMP Yves Bur, prévoit également une contribution salariale, également de 2,5%, sur la plus-value dégagée par le bénéficiaire lors de la levée de l’option.
Il est enfin prévu pour les chefs d’entreprise une cotisation patronale de 10% sur les attributions gratuites d’actions.
Les contributions patronale et salariale seront toutes deux affectées aux régimes obligatoires de base d’assurance maladie, a précisé Yves Bur.

Réforme

« Ce sera 400 millions d’euros que nous attribuerons à notre protection sociale », a-t-il dit. Nicolas Sarkozy avait évoqué, mercredi 3 octobre au soir, la possibilité d’une « certaine contribution des stock-options au financement de la protection sociale ».
Une « certaine contribution »... Au lieu d’une contribution certaine, car entre les 400 millions d’euros dégagés par cette loi et les 3 milliards évoqués par Philippe Seguin, Président de la Cour des Comptes, il y a une si grande différence que la Présidente du syndicat patronale MEDEF, Laurence Parisot, doit être soulagée, elle qui était contre tout atteinte à ces stocks-option. Le lobby patronal a du encore jouer.



Un message, un commentaire ?

Signaler un abus



Messages






  • Si l’Etat met en place des taxes confiscatoires sur les stock-options et autres actions gratuites et retraite chapeau , eh bien les sociétés n’en distribueront plus et donc il n’y aura plus d’impôt et donc plus de rentrée fiscale à ce titre . Mais pas de soucis pour les grands patrons , ces revenus leur seront distribués à l’étranger et donc échapperons au fisc français.
    Donc messieurs les gauchistes , réfléchissez un peu avant d’augmenter de façon inconsidérée les impôts , n’oubliez pas le vieil adage : trop d’impôt tue l’impôt.

    Article
    Un message, un commentaire ?