Economie

TEREOS SECOUE AU NIVEAU NATIONAL PAR UNE CRISE INTERNE : Soyons vigilants pour la filière Canne réunionnaise.

Communiqué de la CGPER

Témoignages.re / 23 décembre 2020


Nouvel épisode dans la crise de gouvernance qui secoue le groupe sucrier Téréos depuis plusieurs jours au niveau national.

La réunion du conseil de surveillance, qui devait procéder le 15 décembre à l’élection du nouveau président du conseil a été reporté au 18 Décembre 2020.

Pour preuve que ce débat interne est vif chez nos confrères agriculteurs betteraviers, figurait également à l’ordre du jour, la révocation du directoire actuel, présidé par Alexis Duval, dont la stratégie de développement mise en œuvre depuis plusieurs années est contestée par les 14 élus du conseil de surveillance.

- A la CGPER nous estimons, qu’il faut être vigilants face à ces problèmes de gouvernance et de stratégie du groupe Téréos, car ceux-ci impactent et impacteront directement la filière Canne réunionnaise.

Cependant nous n’oublions pas que notre problème principal pour La Réunion est que ce groupe, qui est maintenant le seul représentant industriel du syndicat des fabricants de sucre, reconsidère le poids des agriculteurs canniers de la Réunion et nous écoute enfin.

C’est pourquoi, au-delà de ce problème interne au groupe Téréos, nous revendiquons pour la filière canne Réunion :

- Une révision de la formule de paiement du sucre au planteur qui se fait encore et toujours sur la base d’une règle qui date maintenant de 1984 alors qu’autour de nous, le monde agricole a changé et le cout de la vie a sans cesse augmentés depuis ces 36 dernières années.

- La valorisation des coproduits de la canne à sucre avec une répartition équitable entre l’industriel Téréos et les agriculteurs.

- Plus de visibilité et de transparence sur les stratégies des industriels et direction actuelle de la Chambre d’Agriculture .

Tout cela nous l’avons dit et expliqué à la mission interministérielle, venue à La Réunion pour comprendre où vont les subventions versées aux industriels (les trop fameux 28 Millions d’euros !!!). Nous leur avons proposé qu’ils répercutent aux ministres concernés des solutions réelles prenant en compte le revenu des agriculteurs et la transparence des couts et revenus de la filière industrielle.

L’agriculture réunionnaise, et notamment la filière canne , mérite toute notre attention tant elle est diverse et nombreuse et nous avons également insisté sur le fait que notre filière est constituée de beaucoup de petites et moyennes exploitations à coté de plus grosses entreprises agricoles et qu’il faut tenir compte de ces différences fondamentales

En tout état de cause ces bouillonnements au niveau national doivent être regardés avec beaucoup de vigilance et d’attention car ils nous concernerons avant demain, si nous n’y prenons pas garde.

Jean Michel Moutama
Président de la CGPER