Economie

Toujours plus de 180.000 Réunionnais inscrits à Pôle emploi

Pas d’évolution significative malgré l’épidémie de COVID-19

Témoignages.re / 28 octobre 2020

Les chiffres communiqués hier par Pôle emploi ne font pas apparaître d’importants changements dans les statistiques du chômage à La Réunion. Ce sont toujours plus de 180.000 Réunionnais qui sont à la recherche d’un travail durable, dont plus de 20.000 jeunes de moins de 25 ans.

JPEG - 73.7 ko

Au troisième trimestre 2020, à La Réunion, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établit en moyenne sur le trimestre à 135 670. Ce nombre baisse de 3,1 % sur le trimestre (soit -4 350 personnes) et de 0,7 % sur un an.
En France (y compris Drom), ce nombre baisse de 11,0 % ce trimestre (+8,8 % sur un an).
À La Réunion, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité (catégories A, B, C) s’établit en moyenne à 164 620 au troisième trimestre 2020. Ce nombre augmente de 0,3 % sur le trimestre (soit +450 personnes) et diminue de 0,7 % sur un an.
En France (y compris Drom), ce nombre baisse de 0,5 % ce trimestre (+4,4 % sur un an).

135 670 travailleurs totalement privés d’emploi en moyenne

À La Réunion, sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A diminue de 3,8 % pour les hommes (-1,6 % sur un an) et de 2,4 % pour les femmes (+0,1 % sur un an).
Sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A diminue à La Réunion de 1,6 % pour les moins de 25 ans (+2,4 % sur un an), de 4,4 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (-2,6 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (+1,7 % sur un an).
À La Réunion, sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories À, B, C est stable pour les hommes (-1,5 % sur un an) et progresse de 0,5 % pour les femmes (stable sur un an).
Sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégories A, B, C augmente à La Réunion de 2,1 % pour les moins de 25 ans (+2,1 % sur un an), recule de 0,6 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (-2,6 % sur un an) et progresse de 1,2 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (+1,9 % sur un an).

98 380 travailleurs inscrits à Pôle emploi depuis plus d’un an

À La Réunion, sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 0,6 % (-1,0 % sur un an) tandis que celui des inscrits depuis moins d’un an recule de 0,2 % (-0,3 % sur un an).
L’ancienneté en catégories À, B, C est mesurée par le nombre de jours où le demandeur d’emploi a été inscrit, de façon continue, en catégories À, B, C. Une sortie d’un jour de ces catégories réinitialise l’ancienneté. D’autres indicateurs, tel que le nombre de personnes inscrites en catégorie A un certain nombre de mois sur une période donnée, peuvent éclairer d’autres dimensions de l’ancienneté ou de la récurrence sur les listes de Pôle emploi dans ces catégories.

Défaut d’actualisation première raison de sortie des statistiques officielles du chômage

À La Réunion, le nombre moyen d’entrées en catégories A, B, C au troisième trimestre 2020 augmente de 21,1 % par rapport au trimestre précédent (2,8 % sur un an).
Au troisième trimestre 2020, les entrées pour fin de contrat (-15,5 %), fin de mission d’intérim (-42,1 %) et licenciement économique (-21,4 %) sont en baisse. Les entrées pour démission (+14,8 %), rupture conventionnelle (+35,4 %), autre licenciement (+17,9 %), première entrée sur le marché « travail (+33,0 %), retour d’inactivité (+49,3 %), réinscription rapide (+52,1 %), autres motifs (+26,6 %) et motif indéterminé (+21,9 %) sont toutes en hausse.
À La Réunion, le nombre moyen de sorties de catégories A, B, C au troisième trimestre 2020 augmente de 47,6 % par rapport au trimestre précédent (-5,6 % sur un an).
Au troisième trimestre 2020, les sorties pour reprise d’emploi déclarée (+77,0 %), entrée en stage ou en formation (+129,7 %), arrêt de recherche (+22,7 %), cessation d’inscription pour défaut d’actualisation (+17,5 %), radiation administrative (+1266,7 %) et autres cas (+87,8 %) sont toutes « hausse.
Suite à la refonte des motifs d’inscription à Pôle emploi (voir note), les données sur les entrées en catégories A, B, C par motif sont révisées et ne sont pas comparables avec celles publiées avant avril 2018.