Comores

10 sièges sur 18 pourvus au premier tour

Élections législatives de l’Union

Témoignages.re / 21 avril 2004

Le premier tour des élections législatives comoriennes s’est déroulé dimanche et le second tour est prévu le 25 avril 2004. Ces législatives, les premières depuis la création de l’Union des Comores en 2001, doivent constituer la dernière étape du processus de réconciliation nationale aux Comores. D’après les premières estimations, les partisans du “camp des îles” devancent les candidats soutenus par les dirigeants de l’Union des Comores, ce qui confirmerait le résultat des élections des Assemblées des îles le mois dernier.

Alors que les résultats officiels du premier tour doivent être connus aujourd’hui, des premières estimations donnent le parti des présidents des îles en avance sur celui du président de l’Union. D’après un membre de la Commission nationale électorale indépendante, 10 députés ont été élus dès le premier tour : sept du “camp des îles” et trois soutenus par les dirigeants de l’Union des Comores. Parmi les élus, on remarque le ministre des Affaires étrangères de l’Union, Souef Mohamed El-Amine. Les ministres de l’Union Souef Mohamed El-Amine (Affaires extérieures), Maoulana Charif (Budget), Houmed Msaidié (Télécommunications), tous trois de la Convention pour le renouveau des Comores (CRC), ont été élus respectivement dans leurs circonscriptions de Hambou, de Mitsamiouli-Mboudé et du Oichili-dimani.
Mais l’écart de voix entre le ministre des Télécommunications et le Dr Mtara Maécha est très faible : une vingtaine de voix, selon les résultats provisoires déjà contestés par les partisans du Dr Maécha qui est l’un des ténors de l’opposition au colonel Azali Assoumani, le président de l’Union.
Dans le “camp de l’île”, Cheikh Ali Bacar Kassim et Mohamed Chafiou Ahamada Djabir ont été élus respectivement à Moroni et dans le Hamahamet Mboinkou. À Moroni, le capitaine Fakridine Mahamoud Mradabi a reconnu sa défaite devant ses partisans, dimanche soir, dans son quartier général à Hamahamet. Les partisans de Mhamed Chaturi continuent de clamer leur victoire suite à des informations diffusées par Radio Comores en leur faveur.
Une source de la CNEI a confirmé lundi matin à la PANA que le directeur de cabinet du président Azali a été battu par Mohamed Chafiou Ahamada Djabir, au regard des chiffres provisoires disponibles à la Commission électorale. Par ailleurs, deux candidats de la coalition soutenant le président de l’île de la Grande-Comores, El-bak, en l’occurrence le leader du Shuma, le prince Said Ali Kémal, et le ministre de l’Éducation de la Grande-Comore, Mohamed Ismaila, s’affronteront au deuxième tour dans la région de Bambao. Dans le région de Mbadijini-Est, il y aura un deuxième tour entre Abooudou Soefo, directeur des hydracarbures (CRC) et l’ancien ministre des Affaires étrangères Ibrahima Ali Mzimba, candidat indépendant. Dans l’autre circonscription du Mbadjini, l’ancien ministre de l’Economie et des Finances Ali Boina (CRC) se présente au deuxième tour contre un candidat du camp de l’île, après l’élimination du candidat indépendant Saandi Assoumani.
À Mohéli, Hamadi Madi Boléro, ministre de la Défense jusqu’à ces élections, est en ballottage avec Elarif Oukacha, soutenu par le président de l’île Said Mohamed Fazul et l’opposant Mohamed Hassanaly. Les résultats d’Anjouan n’étaient pas encore disponibles à la CNEI à Moroni lundi matin. Un candidat de l’Union joint au téléphone par la PANA dans la région de Gnoumakele, Oumar Houmadi, a déploré de "trop nombreuses irrégularités", notamment des interférences des forces de sécurité dans les bureaux de vote. Il a affirmé qu’il a saisira la CNEI pour demander l’annulation du vote dans la circonscription.


Recours dans un scrutin très serré

L’opposant comorien Mtara Maécha, battu dans le Mitsamiouli-Mboudé aux législatives de dimanche selon le résultats provisoires de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI), a introduit lundi après-midi des requêtes en annulation auprès de la Commission d’homologation.
On estime dans son entourage que le Dr Méacha ne reconnaît pas la victoire de son adversaire, le ministre Houmed Msaidié, qui le devancerait d’une vingtaine de voix à l’issue du comptage provisoire de la CNEI.


Satisfaction dans le “camp des îles”

Cheikh Ali Bacar Kassim, élu à Moroni, a reçu lundi à son domicile de Voidjou, des journalistes à qui il a expliqué qu’il a été élu parce qu’il avait des positions claires sur des sujets qui préoccupent les électeurs. À cette occasion, il a fustigé la présence de certains éléments de l’armée dans les bureaux de vote, "en violation de l’accord du 20 décembre qui stipule que l’armée comorienne devait rester cantonnée à Kandani pendant les opérations électorales".
Le ministre de la Sécurité intérieure de Ngazidja a estimé que le mouvement Mdjidjengo (Autonomie) a globalement obtenu de bons résultats à l’issue des élections du 18 avril puisque que trois de ses candidats sont d’ores et déjà élus en Grande Comore (y compris le Dr Maécha, selon lui), tandis que deux autres vont s’affronter dans le Bambao et qu’un autre se maintient au second tour dans l’Itsandra. Le candidat élu dès dimanche à Mohéli est du camp de l’île également, a indiqué Cheik Ali, ajoutant qu’un autre se présente au second tour contre Hamada Madi Boléro. Il s’est réjoui de l’élection, dimanche, d’un candidat du camp de l’île à Anjouan, tandis que sept autres candidats de ce parti sont admis à passer le second tour.