Comores

Allègement de la dette de l’Union des Comores

Adoption d’un programme post-conflit par le FMI

Témoignages.re / 26 décembre 2008

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé, lors de son conseil d’administration du 15 décembre courant, un programme dit post-conflit en faveur des Comores, a annoncé, mardi à Moroni, le ministre comorien des Finances, Mohamed Ali Soilihi, qui a salué dans cette approbation « une grande victoire pour le gouvernement comorien après beaucoup de rendez-vous manqués ».
Selon le ministre, cet accord va permettra aux Comores d’accéder à l’allègement de leur dette dans le cadre de l’Initiative en faveur des Pays pauvres très endettés (PPTE).
La dette extérieure des Comores, qui est estimée à 298 millions de dollars américains, obtiendra des allègements intérimaires sous forme de refinancements par dons du service de la dette due aux créanciers multilatéraux que sont la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et la Banque européenne d’investissement.
D’après le ministre Ali Soilihi, ce programme avec le FMI ouvre bien d’opportunités et notamment la possibilité de bénéficier de financements extérieurs assez conséquents pour amorcer leur développement.
L’appui annoncé par certains partenaires des Comores est évalué à hauteur de 17,5 millions de dollars dont 5,3 millions de dollars du FMI, 2,8 millions et 3 millions du Koweit, entre autre.
« La réussite de ce programme économique et financier », a précisé M. Ali Soilihi, « dépendra avant tout de nos propres efforts », se félicitant des efforts déjà réalisés par les Comores pour parvenir à ces « bons résultats ».


Remaniement ministériel

Le président comorien, Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, a remanié son gouvernement vendredi dernier, réduisant la liste des ministres de treize à huit, selon un décret présidentiel reçu samedi à la PANA à Moroni, la capitale.
Ce remaniement a été surtout marqué par le départ du gouvernement de quatre ministres : Ahmed Abdou (Fonction publique), Anisse Chamsidine (Agriculture), Mourad Said Ibrahim (ministre à la présidence chargé des Réformes institutionnelles) et Sitti Kassim (Promotion du genre).
Par contre les deux vice-présidents, Idi Nadhoim et Ikililou Dhoinine, ont conservé leurs portefeuilles, (Transports et Tourisme pour le premier, Santé, Solidarité et Promotion du genre pour le second).
Mohamed Bacar Dossar perd son titre de ministre d’Etat, mais reste ministre de la Défense, poste qu’il cumule désormais avec celui de directeur de cabinet de M. Sambi.
Quant à Mohamed Ali Soilihi, ministre des Finances et du Budget, ses attributions sont élargies à l’Economie, au Travail, au Commerce extérieur et à l’Entreprenariat féminin.
Pour le reste, il n’y a pas eu de changement notable.