Comores

Demain, deuxième tour des élections législatives

Les résultats officiels donnent une avance au “camp des îles”

Témoignages.re / 24 avril 2004

Les résultats officiels du premier tour des législatives de l’Union des Comores ont été rendus public jeudi. On y apprend que la Convention pour le renouveau des Comores (CRC) du président Azali Assoumani a fait élire en Grande Comore trois députés sur quatre au premier tour des élections pour l’Assemblée de l’Union de dimanche. Mais sur l’ensemble des circonscription, le CRC est devancé par les candidats soutenus par les présidents des îles autonomes.
L’élection à l’Assemblée de l’Union doit permette de choisir au total 18 députés sur l’ensemble des îles, qui vont composer avec 15 autres élus issus des Assemblées des îles, le Parlement fédéral qui comprend 33 membres. Ils auront pour mission, entre autres, de prendre les lois organiques relatives au partage des compétences entres les îles et l’Union. Alors que le camp du colonel Azali souhaite renforcer les pouvoirs de l’État central au nom de l’unité nationale, les partisans des exécutifs des îles exigent la plus large autonomie au nom de l’accord-cadre de Fomboni et de la Constitution de l’Union et des lois fondamentales adoptées par chaque île.
Selon les résultats officiels, le “camp des îles” aligne un élu en Grande Comore, un autre à Moheli et deux députés à Anjouan (un troisième député élu à Anjouan serait sans étiquette). La Commission a également annoncé l’annulation du vote suite à des irrégularités dans la circonscription du Hamahamet Mboikou, où s’est présenté le directeur de cabinet du président de l’Union, Badaoui Mohamed Chatur. Celui-ci devra donc se présenter, indique-t-on, à une autre élection partielle contre son adversaire Mohamed Chafiou Ahamada Djabir.
La victoire de Houmed Msaïdié, l’un des dirigeants de la CRC, sur son adversaire, l’opposant Mtara Maécha, dans la circonscription de Mitsamiouli Mboudé, a été confirmée par la Commission. Houmed Msaïdié a été élu avec deux autres membres du gouvernement : Maoulana Charif, ministre délégué au Budget, et Souef Mohamed El-Amine, ministre des Relations extérieures. Une seule personnalité du mouvement autonomiste a été élue dès le premier tour en Grande Comore. Il s’agit de Cheikh Ali Bacar Kassim, à Moroni.
Sur les deux circonscriptions de Moheli, Said Dhoifir Bounou, un proche du président de l’île, a été élu dimanche, tandis que l’ex-ministre de la Défense et bras droit du chef de l’État, Hamada Madi Boléro, se présentera au second tour dimanche prochain contre El-Arifou Oukacha du camp de l’île.
À Anjouan, trois candidats ont été élus : Arifidine Abdou Bacar dans la circonscription de Mutsamudu, Attoumane Allaoui dans celle de Ouani et Djandi Ahamda dans la région de Mramani. Un second tour sera organisé dans les quatre autres circonscriptions électorales d’Anjouan, notamment à Domoni, auquel prendra part un ex-ministre de l’Union : Nourdine Midiladji.
En Grande Comore, l’ambassadeur Assoumani Youssouf Mondoha affrontera un ministre de l’île, Karani Bacar, dans l’Itsandra-Hamavou, alors qu’un combat "fratricide" opposera, dans le Bambao, le leader du parti Shuma, Said Ali Kémal, à son camarade de la coalition Mdjidjengo, Mohamed Ismaïla. Tous les deux appartenaient à la coalition soutenant le président El-bak, mais le leader de Shuma s’affiche de plus en plus, ces derniers jours, avec des hommes proches du colonel Azali, ce qui a fait dire à certains observateurs qu’il tente un rapprochement avec la CRC pour garantir son élection. Dans le Mbadjini, Aboudou Soefo, considéré comme le numéro 2 du régime du colonel Azali, affrontera au second tour un candidat sans étiquette, l’ex-ministre Ibrahim Ali Mzimba, alors que dans l’autre circonscription du Mbadjini, un dirigeant de la CRC, Ali Boina, fera face au candidat autonomiste Mohamed Moumini.
On rappelle que la CRC avait déjà été battue aux élections législatives des îles, en mars dernier.