Comores

Forte implication de plusieurs radios comoriennes dans la campagne électorale

Pluralisme des médias mais une agression regrettable

Témoignages.re / 23 avril 2004

La station Radio Ngazidja a été attaquée dans la nuit de mardi par des inconnus, qui ont grièvement blessé à la tête le veilleur de nuit, a appris mercredi la PANA de bonne source à Moroni. Pour certains observateurs, ce fait est à replacer dans une “guerre des ondes” que se livrent plusieurs radios des Comores qui défendent des lignes éditoriales différentes. Malheureusement, ce fait divers risque de faire monter la tension à quelques jours du deuxième tour des législatives, qui doivent être une étape importante de la réconciliation nationale au sein de l’Union des Comores.

Plusieurs radios qui ont des lignes éditoriales très diverses informent le peuple comorien en période électorale. Celle qui a été visée mardi, Radio Ngazidja, prend fait et cause pour le gouvernement de l’île de la Grande Comore et reçoit souvent des menaces. Cette station participe à la guerre des ondes qui fait rage à Moroni, impliquant notamment la station nationale Radio Comores, Radio Karthala et la dernière née Radio Moroni FM. Pour plusieurs observateurs, ces radios s’estiment investies d’une mission partisane, et semblent avoir banni toute nuance dans le traitement de l’information.
Alors que Radio Ngazidja tire à boulet rouge sur le président de l’Union des Comores, le colonel Assoumani Azali et ses collaborateurs, Radio Comores dénigre systématiquement le gouvernement de Ngazidja et ses alliés. Les observateurs notent en outre que la station nationale persiste depuis dimanche soir à affirmer que le directeur de cabinet du président Azali, Badaoui Mohamed Chatur, a été élu député de l’Union et cela malgré les affirmations de la Commission nationale électorale indépendante (CNEI). Quant à Radio Moroni FM, lancée pendant la campagne électorale, elle encense en permanence la Convention pour le renouveau des Comores (coalition soutenant le président Azali) et Fakridine Mahamoud, le candidat malheureux de la CRC aux élections législatives de l’Union à Moroni.
Revenant sur l’agression de mardi, la PANA indique qu’après avoir neutralisé ce gardien, démonté la grille de protection de la fenêtre du studio, les assaillants ont cassé des vitres pour ouvrir une voie d’accès au studio mais ils n’avaient pas eu le temps d’aller jusqu’au bout de leurs intentions parce que des policiers en faction sont rapidement intervenus, a précisé un membre du comité de direction de la station.
De même source, ces policiers ont dit avoir vu s’enfuir une quinzaine de personnes qu’ils n’ont pas pu identifier. Les équipements de la station sont apparemment indemnes : "Nous les avions mis à l’abri parce que nous avions eu vent de cette attaque", a ajouté le membre du comité de direction, précisant qu’il avait reçu un coup de fil anonyme l’informant de la descente imminente d’un groupe de casseurs. Il reste qu’aucun programme de la station n’était capté à Moroni dans la matinée de mercredi : "Au niveau du studio nous n’avons pas de problème. Normalement, notre équipement marche et notre programme devait être capté dans les foyers. Je pense donc que nous sommes brouillés", a encore dit le responsable cité.