Comores

Le “camp des îles” remporte les élections législatives

Résultats définitifs du scrutin

Témoignages.re / 29 avril 2004

Les résultats définitifs du second tour des élections législatives de l’Union des Comores, promulgués hier par la Commission d’homologation (CH), confirment la victoire du camp des îles autonomes sur la Convention du renouveau des Comores (CRC), parti soutenant l’action du chef de l’État, Azali Assoumani.
Sur l’île d’Anjouan, ont été élus à l’issue de ce second tour Maarouf Mohamed dans la circonscription de Mutsamudu, Nourdine Midiladji dans la région de de Domoni, Bacar Houmadi dans la zone de Ongojou et Mohamed Djanfari à Sima.
En Grande Comore, Moumini Abdou devient le député du Mdbadjini-Est, Assoumani Youssouf Mondoha est élu à Itsandra-Hamavou, Said Ali Kemal dans le Bambao, Badaoui Mohamed Chatur à Hamamet-Mboikou et Abou Soefo dans le Mabdjini-Ouest.
La victoire de Mohamed Larif Oukacha sur Hamada Madi Boléro dans la 1ère circonscription à Mohéli a été confirmée par la CH.
Concernant le taux de participation, il est de 65,79% sur l’ensemble des trois îles soit 78,65% à Mohéli, 58,33% à Anjouan, 69,35% à Ngazidja (Grande Comore).
L’absence de trois magistrats, démissionnaires, de la Commission d’homologation n’a pas empêché cette instance de délibérer, le quorum étant atteint avec cinq membres sur huit. Me Abraham Zinzindohoué, l’expert béninois qui préside la CH, a fait observer que la CH n’était pas une instance politique mais "une juridiction". Interrogé sur les recours éventuels des candidats qui contestent les décisions de la CH, Me Zinzindohoué a répondu que la CH jouait le rôle de "juge suprême".
Le président de la Grande-Comore, Mzé Abdou Soulé El-bak, s’est réjoui lundi de la majorité absolue obtenue par des îles autonomes dans les assemblées locales et l’assemblée de l’Union à l’issue des élections législatives. Interrogé sur les modalités et les critères de choix des députés du Parlement de l’Union qui seront désignés par les assemblées des îles, le président grand-comorien a laissé entendre que cela ne relève pas de sa sphère de compétence mais plutôt de la volonté des députés des assemblées locales.
L’assemblée de l’Union est composée de trente-trois députés dont dix-huit élus au suffrage universel direct et quinze autres désignés par les assemblées locales en raison de cinq par île.