Comores

Le “camp des îles” se dirige vers la majorité au Parlement de l’Union

Après le deuxième tour des législatives dimanche

Témoignages.re / 27 avril 2004

D’après les premières estimations, les alliés du président Azali, regroupés au sein de la CRC, seront très minoritaires au Parlement de l’Union. La CRC n’aura aucun député ni à Mohéli ni à Anjouan. Elle compte en tout cinq parlementaires : deux élus ce dimanche et trois lors du premier tour, pour un Parlement comptant 33 membres. On rappelle que les assemblées des îles, dominées par les présidents des îles, vont désigner 15 députés fédéraux sur ces 33.
Plusieurs faits saillants ont marqué le scrutin de dimanche, qui était une étape importante dans la réconciliation nationale. Ainsi, la consigne donnée par le candidat Mohamed Chanfiou Ahamada Djabir dans la circonscription du Hamamahet-Mboinkou (Nord-Est de la Grande Comore) de boycotter la reprise du premier tour de l’élection législative au niveau de l’Union, a été largement suivie. Sur 18.475 électeurs inscrits, 9.219 se sont rendus dimanche dans les bureaux de vote, ce qui donne un taux de participation de 49,50%, selon les chiffres provisoires publiés par la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) hier à Moroni. Si les résultats sont validés par la Commission d’homologation, Badaoui Mohamed Chatur, directeur de cabinet du président Azali, aura été élu à 97,38% des voix exprimées. Mais la CNEI, dans une lettre adressée à la Commission d’homologation, hier matin, a émis de sérieuses réserves sur la régularité de l’élection dans le Hamamamet Mboinkou. Si aucun incident majeur n’a été signalé, dimanche, dans cette circonscription, il n’y a eu aucun représentant de Mohamed Chanfiou Djabir dans les bureaux de vote. Ce candidat avait même demandé, sans l’obtenir, que ses bulletins soient retirés de l’élection et que son nom ne soit pas mentionné. En outre, les membres de la Commission électorale préfectorale s’étaient retirés sauf son président, Maoulida Mabrouk, qui est par ailleurs un haut fonctionnaire de la présidence de l’Union. Dans les bureaux de vote, les opérations électorales se déroulaient en présence des seuls représentants de M. Chatur.
Dans le Mbadjini, Ali Boina Mze de la Convention pour le Renouveau des Comores, qui se présentait au deuxième tour, a été battu dans la circonscription de Foumbouni par Moumini Abdou du “camp des îles proches” du président El-Bak, mais le patron de la CRC, Abdou Soefo, s’est imposé devant l’ancien ministre des Affaires étrangères, Ibrahim Ali Mzimba, candidat indépendant.
Dans le Bambao, le prince Said Ali Kemal, qui a été jusque-là l’un des principaux alliés du président de l’île, El-Bak, a largement distancé Mohamed Isamaïla, un ex-ministre du même El-Bak. Un autre candidat de la CRC, Assoumani Youssouf Mondoda, l’a emporté sur dans la région d’Itsandra Hamavou contre Karani Bacar, alors que sur l’île de Mohéli, Hamadi Hadi Boléro, ex-ministre de la Défense, été battu par Mohamed Larif Oukacha.
À Anjouan, les quatre personnes élues dimanche dans les circonscriptions où se déroulaient un deuxième tour seraient des proches du président Mohamed Bacar.