Comores

Le rond-point fait peau neuve

Restauration de la place de l’Europe

Témoignages.re / 25 mai 2007

De notre correspondant permanent Ali Mohamed

Au-delà de la Coopération entre Moroni et Bruxelles, c’est la capitale qui s’est embellie à travers l’aménagement de l’un des carrefours les plus fréquentés de Moroni. Ces travaux financés par la Cellule d’Appui à l’Ordonnateur National du FED ont consisté essentiellement en la mise en valeur des symboles de l’Europe et des Comores.

Face à la mer, entre le bassin aux boutres millénaires somnolant et le port grouillant d’effervescence, le rond-point de la Place de l’Europe vient de faire peau neuve.

L’importance du trafic à cet endroit contraste avec la fluidité de la circulation à tout moment de la journée. Ce carrefour a été aménagé pour réguler le flot de voitures venant de Gobadjou, cette station de taxis toujours engluée et la route principale qui mène dans les administrations et les nouveaux quartiers résidentiels du Sud de Moroni.

Construit en 1990 sur le site d’une vielle bâtisse de la société coloniale Bambao, en même temps qu’un petit port de pêche, la place de l’Europe aujourd’hui ne désemplit jamais. Dans la matinée, les revendeuses de poissons sont à l’affût et prennent d’assaut chaque pirogue qui accoste pour récupérer la prise du jour. C’est au beau milieu du minuscule débarcadère qu’elles tiennent leur commerce. Au fur et à mesure, d’autres étalages de denrée diverses sont venus s’adjoindre aux poissons jusqu’à créer un petit marché de produits vivriers. Les principaux acheteurs de ces poissons frais sont les automobilistes qui s’arrêtent au passage. Les autres denrées sont destinées en premier lieu aux pêcheurs, et aux dockers nombreux dans la zone.

L’ombre des arbres et les banquettes offertes par le Rotary Club permettent de se reposer et de deviser paisiblement en regardant soit la circulation sur le l’avenue de l’Amitié, soit le mouvement des bateaux sur le quai. La place de l’Europe est également devenue un lieu privilégié pour les ressortissants d’Anjouan et de Mohéli. Ils y passent une bonne partie de la journée à observer les va-et-vient des embarcations inter-îles pour prendre des nouvelles, envoyer et recevoir des colis.

D’autres travaux envisageables

En fin de journée, c’est un autre type d’usager qui prend possession de la Place de l’Europe. En effet, entre les prières de 16 h et de 18h30, ce sont des hauts fonctionnaires et des cadres moyens qui viennent discuter des derniers rebondissements de la situation politique. Batlet, chef de service au Ministère de l’environnement de Ngazidja fréquente ce lieu régulièrement depuis 10 ans. Il apprécie la finesse du travail de rénovation du rond-point, mais souhaiterait de concert avec ses amis un mur de soutènement et un escalier qui descend à la mer.

Pour Moudjmal Mohamed Issa Chargé de Programme de la Cellule d’Appui à l’ordonnateur National du FED, l’organisme qui a financé ces travaux à hauteur de 4600 euros dans le cadre de ses actions de visibilité, il est tout à fait envisageable de réaliser d’autres aménagements y compris des espaces verts, à condition que l’entretien soit assuré par les bénéficiaires.

Les travaux réalisés consistaient à mettre en valeur les symboles des Comores et de l’Europe sur le sol et la fixation de 2 mâts pour les drapeaux comorien et européen, ainsi que des supports pour les bannières des 27 États membres de la Communauté européenne.

M. Aliloifa