Comores

Premières élections législatives dans l’Union

Une étape importante dans la réconciliation nationale

Témoignages.re / 15 mars 2004

Plus de 255.000 électeurs étaient appelés aux urnes hier pour le 1er tour des premières élections législatives de l’Union des Comores, fondée en 2001. Le scrutin doit désigner les députés des îles autonomes de la Grande Comore, de Mohéli et d’Anjouan. Le 2ème tour est prévu dimanche prochain. Quant à l’élection des parlementaires de l’Union, elle est prévue le mois prochain. Ce vote doit constituer une étape importante dans le processus de réconciliation nationale. Des observateurs de l’Union africaine, de l’Organisation internationale de la francophonie et de l’Union européenne ont été invités à constater le déroulement du scrutin.

Les bureaux de vote ont ouvert normalement à l’exception de Moroni où un retard de deux heures a été enregistré. Selon la Commission nationale électorale indépendante (CNEI) citée par l’AFP, "cet important retard général est dû à des impondérables purement techniques, liés notamment à l’approvisionnement des bureaux en matériel électoral".

"Dans tout l’archipel, le scrutin se résumera à un face à face entre les candidats soutenus par les îles et ceux du pouvoir central du président de l’Union, le colonel Azali Assoumani", estime l’AFP. Et comme en Espagne, ce scrutin se déroule sur fond de tragédie. Le passage du cyclone Gafilo a entraîné le naufrage du ferry "Sam Son", qui faisait la liaison entre l’archipel et les côtes malgaches (voir encadré).


Deuil national aux Comores et à Madagascar

Le chef de l’État comorien, le colonel Azali, s’est adressé à la nation ce jeudi à 17 heures GMT, pour annoncer officiellement, la disparition du ferry "Sam Son", à bord duquel se trouvaient 120 passagers dont 76 Comoriens y compris 9 membres d’équipage. Présentant ses condoléances à la nation, le président Azali a décrété un deuil national de trois jours, ajoutant qu’une enquête sera ouverte pour établir les causes profondes du drame.

Une cérémonie officielle sera organisée dans les prochains jours à Moroni, a dit le président Azali, qui a précisé que le représentant des Comores à Madagascar, est retourné à son poste à Antananarivo pour organiser l’enterrement éventuel de tout corps qui pourrait être repêché. Liant le drame au processus électoral en cours, le président comorien a déclaré que le scrutin de dimanche aura lieu le même jour, précisant une communauté de vue du gouvernement central avec ceux des îles autonomes. "En tout état de cause", a-t-il indiqué, "cela n’affecterait pas le processus, dans la mesure où le calendrier électoral ne sera pas modifié", avait déjà précisé dans la mi-journée, le ministre d’État chargé des Transports. "En dépit de la douleur qui nous frappe tous, le scrutin est maintenu", a déclaré à la PANA le président grand-comorien, Mzé Abdou Soulé El-bak, qui s’est entretenu, au nom de ses collègues d’Anjouan et de Mohéli, ce jeudi en fin d’après-midi, avec le ministre d’État des Relations extérieures, Mohamed El-Amine Souef.

À Madagascar, le président a décrété la journée d’hier journée de deuil national pour rendre hommage à toutes les victimes du cyclone Gafilo, quelle que soit leur nationalité.