France

Petit bilan de santé de la Sécu : histoire d’un panier percé

Tribune libre

Témoignages.re / 14 août 2008

Pour combler le déficit de la sécu, nos chers gouvernants ont trouvé que le mieux, c’était encore de nous faire payer.
Dorénavant,
a) sur une consultation médicale, nous allons devoir verser 1 euro supplémentaire ;
b) nous allons être hypercontrôlés lors de nos arrêts maladie ;
c) nous allons devoir consulter un généraliste avant de voir un spécialiste ;
d) pour tout traitement de plus de 91 euros, nous en serons de 18 euros de notre poche.

Toutes ces mesures sont destinées à combler le fameux « trou », qui est à ce jour de 11 milliards. Or, savez-vous que :
a) Une partie des taxes sur le tabac destinée à la Sécu n’est pas reversée (= 7,8 milliards)
b) Une partie des taxes sur l’alcool destinée à la Sécu n’est pas reversée (= 3,5 milliards)
c) Une partie des primes d’assurances automobiles destinée à la Sécu n’est pas reversée (= 1,6 milliard)
d) La taxe sur les industries polluantes destinée à la Sécu n’est pas reversée (= 1,2 milliard)
e) La part de TVA destinée à la Sécu n’est pas reversée (= 2,0 milliards)
f) Le retard de paiement à la Sécu pour les contrats aidés (= 2,1 milliards)
g) Le retard de paiement par les entreprises (= 1,9 milliard)

Cherchez l’erreur...

En faisant une bête addition, on arrive au chiffre de 20 milliards d’euros...
Conclusion, si les responsables de la Sécu et nos gouvernants avaient fait leur boulot efficacement, et surtout honnêtement, les prétendus 11 milliards de « trou » seraient aujourd’hui 9 milliards d’excédent !
Ces chiffres sont issus du rapport de la Sécurité Sociale. (...)
Si les pouvoirs publics étaient vraiment convaincus qu’il nous faut consommer 5 fruits et légumes par jour pour sauver notre santé, et donc l’assurance maladie, ils supprimeraient la TVA sur ces produits.

Arlette, Marianne2