Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > International > Madagascar-Grande Ile

Madagascar : 400 millions de dollars de la Banque mondiale pour désenclaver le Sud et le Nord-Ouest

Investissements pour lutter contre l’insécurité alimentaire

vendredi 1er avril 2022


Un don de 200 millions de dollars et un prêt du même montant accordés par la Banque mondiale vont permettre de réhabiliter et d’entretenir des routes stratégiques dans le Sud de la Grande île, particulièrement touchée par l’insécurité alimentaire, ainsi que dans le Nord-Ouest afin de désenclaver une importante région agricole.


À travers le projet « Connecter Madagascar pour une Croissance Inclusive », la Banque mondiale vient d’accorder 200 millions de dollars à titre de crédit pour financer des travaux de réhabilitation de la RN 31 et de la RN 10 (route nationale de la pointe Sud de madagascar reliant Andranovory, une village de la RN7 près de Toliary avec Betioky, Ampanihy, Beloha, Tsihombe) ; et d’un autre 200 millions de dollars à titre de don pour soutenir « l’amélioration de l’accès des communautés rurales aux opportunités sociales et économiques » des régions enclavées de Madagascar, notamment le Sud.

Outre la réhabilitation, le financement soutiendra « le revêtement d’un tronçon de 100 kilomètres de la RN 31 entre Mangoaka et Bealalana et de 400 kilomètres de la RN 10 », pour que son utilisation perdure à travers le temps. Le concept de connectivité et de la résilience étant le pilier du projet, le financement « soutiendra également l’entretien d’environ 500 kilomètres de routes locales à proximité de la RN 10 et de la RN 31 pour atteindre les communautés rurales adjacentes ». D’une manière générale, « la réhabilitation de la RN 10 et des routes locales associées permettra un accès fiable tout au long de l’année à la partie sud du pays qui est la plus touchée par l’insécurité alimentaire, tandis que la réhabilitation de la RN 31 et des routes locales associées permettra de désenclaver une région agricole clé dans le nord-ouest du pays ».

« Programme d’entretien communautaire »

L’ouverture d’une opportunité sociale et économique sus-citée permettra entre autres selon le communiqué de la Banque Mondiale à donner des opportunités aux micro-entreprises locales de se développer.

Après la réhabilitation, l’entretien des routes sera concédé aux communautés riveraines à travers « un programme d’entretien communautaire », et ce, « afin d’assurer rapidement les réparations des routes locales » pour ne plus subir et contraint de supporter les longues attentes des procédures au niveau central. Ceux qui vont bénéficier d’une telle opportunité devront toutefois se conformer au concept de « contrats basés sur la performance ».

« Favoriser la création d’emplois »

Le financement visera, selon le communiqué, à appuyer les micro-entreprises à la « réalisation des infrastructures pour la connectivité du dernier kilomètre », permettant à la fois de promouvoir l’entreprenariat, mais aussi de « favoriser la création d’emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes ».

Plusieurs facettes de modernisation y seront alors prévues « pour optimiser l’utilisation et les avantages des routes dans les zones concernées ». Il a été cité à titre d’exemple l’installation de « kiosques d’informations reliés à l’internet, l’installation d’une infrastructure de stockage d’eau, des produits, des trottoirs, des pistes cyclables, des ponts pour les piétons tout au long des chemins ».

Source : Agence Taratra



Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus